Forces aériennes françaises libres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Forces aériennes françaises libres

Message  Flagada le Mar 21 Fév - 8:31

Forces aériennes françaises libres




Drapeau des FAFL: Drapeau classique Français avec la croix de Lorraine

Les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) ont été le bras aérien des Forces Françaises Libres pendant la Seconde Guerre Mondiale à partir de 1940. Elles ont officiellement cessé de détenir ce titre dès 1943, avec la fusion des Forces Françaises Libres avec les Forces du Général Giraud, mais elles furent encore connues par le titre jusqu'à la libération de la France en 1944, époque où elles devinrent l'armée de l'air française régulière. Elles ont été commandés par Martial Henri Valin de 1941 à 1944, qui est devenu commandant de l'Armée de l'Air.

Lutte pour la France Libre - FAFL en Afrique du Nord française (1940-1943)


Le 17 juin 1940, cinq jours avant la signature de l'armistice franco-allemand, le premier «exode» (de 10 aviateurs) prit le vol de Bordeaux-Mérignac en Angleterre. D'autres se sont ralliés au général Charles de Gaulle depuis la France et l'Afrique du Nord française pendant la période de juin 1940 à novembre 1942. Un contingent de volontaires de pays sud-américains comme l'Uruguay, l'Argentine et le Chili a également été créé. D'une force de 500 sur Juillet 1940, les rangs de la FAFL est passé à 900 en 1941, dont 200 pilotes. Au total, 276 étaient stationnés en Angleterre et 604 étaient stationnés dans des théâtres d'opération à l'étranger. Au cours de l'été 1940, le Général De Gaulle nomme alors le Colonel Martial Henri Valin comme commandant en chef de la FAFL. Valin était en mission militaire française à Rio de Janeiro, au Brésil au moment de sa nomination et il a dû accomplir sa mission là-bas en Février 1941. Il lui a fallu 45 jours pour se rendre à Londres pour voir De Gaulle et il n'était pas jusqu'au 9 Juillet que Valin prenait officiellement le poste en prenant la relève du commandant intérimaire, l'amiral Emile Muselier.

Tous les avions de la FAFL devaient être identifiés différemment de ceux de l'armée de l'air française de Vichy, qui continuait d'utiliser la rondelle tricolore d'avant-guerre. Pour distinguer leur allégeance de celle de Vichy France, la Croix de Lorraine - une croix à deux bras horizontaux parallèles, le bras inférieur légèrement plus long que le haut - était le symbole de la France libre choisie par Charles de Gaulle. La croix pouvait être vue aux mêmes endroits sur les aéronefs de la FAFL où les rondes étaient sur tous les avions militaires français, c'est-à-dire sur le fuselage et sur les surfaces inférieures et supérieures des ailes. La FAFL a été formée avec une unité «mixte» à la RAF Odiham le 29 août 1940, sous le commandement du commandant Lionel de Marmier. Un de ses premiers travaux fut d'essayer de persuader les gouverneurs généraux des colonies de l'Afrique occidentale française de ne pas se soumettre aux ordres du gouvernement de Vichy et de se joindre au français libre dans leur lutte continue contre les puissances de l'Axe de l'Allemagne et de l'Italie.

L'opération menace était le plan allié pour persuader Dakar (comme de Gaulle a cru était possible) pour joindre la cause alliée, ou le capturer par la force. Parmi les unités participantes figurait le Groupe de Combat Mixte (GMC) 1 de FAFL nouvellement créé, nommé sous le nom de "Jam", composé de quatre escadrons, composés de bombardiers Bristol Blenheim et d'aéronefs de liaison / observation Westland Lysander. La bataille de Dakar qui en a résulté a été un échec. Le port est resté sous contrôle de Vichy, des envoyés de la FAFL ont été arrêtés et emprisonnés à Dakar par les autorités de Vichy et la position de de Gaulle a été endommagée.

Cependant, les forces françaises au Cameroun et au Tchad, en Afrique équatoriale française, se sont ralliées à la cause gaulliste. Il y avait trois détachements d'unités aériennes françaises basées à Fort-Lamy (aujourd'hui N'Djamena) (Tchad), Douala (Cameroun) et Pointe-Noire (Congo), qui exploitaient un ensemble mixte d'avions Potez et Bloch. Fait partie de la FAFL. Cependant, le Gabon est resté loyal à Vichy, ainsi, à la mi-à la fin octobre 1940, les escadrons de FAFL ont entrepris des missions de photo-reconnaissance et de dépôt de feuillets. Les premiers combats entre Vichy et la FAFL ont eu lieu le 6 novembre 1940, lorsque deux avions de la Force aérienne de Vichy ont pris deux FAFL Lysanders près de Libreville. Les deux aéronefs ont subi des dégâts mais ils sont revenus à la base. Deux jours plus tard, les premiers aviateurs de la FAFL ont été abattus et prisonniers. Deux jours après, Libreville a été prise par les troupes de l'armée française libre, ce qui a donné lieu à l'aviation FAFL maintenant en exploitation à partir de la base aérienne qui avait été utilisé par leurs adversaires de quelques jours auparavant. L'attitude française à l'égard des combats était celle d'une «guerre civile» qui était gagnée pour la France libre, puisque maintenant Libreville avait rejoint la cause gaulliste. Comme il est arrivé, ce serait le seul moment où les factions opposées au sein du territoire FEA se battraient ouvertement.

Philippe de Hauteclocque, plus connu sous le nom de «Leclerc», plus tard devenu l'un des plus célèbres généraux de l'armée française de l'histoire, avait de fortes ambitions en Afrique du Nord. Mais en soulignant ce qu'il voulait faire, le FAFL a souvent révélé un manque total de compréhension de ce qu'il était réellement capable de faire. Lorsqu'il a demandé que l'aérodrome italien de Koufra, en Libye, fût bombardé, on lui a dit, en toute évidence, que les escadrons n'avaient pas la capacité de mener une mission aussi importante, surtout compte tenu du manque d'expérience dans la navigation Sur un vaste territoire désertique. La réaction de Leclerc, basée sur sa fureur à l'absence de soutien aérien lors de l'invasion allemande de la France, était laide et les relations entre lui et la FAFL se détérioraient rapidement. Une mission menée par le Groupe de Bombardement (GRB) 1 (Lorraine), le 4 février 1941, s'est terminée de façon désastreuse lorsque, sur quatre Blenheim envoyés pour bombarder Koufra, seul un seul est revenu - et même alors, En raison de problèmes moteur. (Ce n'est qu'en 1959 que l'un des trois autres aéronefs a été retrouvé.) Le 27 février, les Français libres ont pris l'aérodrome de Koufra, tandis que la garnison ennemie a rendu deux jours après. Leclerc, pour sa part, considérait encore l'aviation comme une sorte d'appendice, d'une importance si mineure, qu'il ne serait peut-être pas là pour soutenir les forces terrestres.

Après la chute de France en 1940, il y eut des aviateurs français décidés à poursuivre la lutte contre l'Allemagne nazie. Certains de ces hommes se sont joints à la RAF, alors que d'autres se sont joints à la FAFL directement. Ces aviateurs qui avaient rejoint la RAF se battaient dans les forces armées d'une nation étrangère et violaient techniquement le droit civil français. En tant que tels, ils pourraient être classés comme un mercenaire ou obstruction, ainsi que la charge de désertion sous la cour martiale. Le 15 avril 1941, de Gaulle émet une déclaration formelle demandant que les ressortissants français de la RAF demandent à être réincorporés dans la FAFL le 25 avril 1941. Tout personnel faisant le transfert serait exempt de toute faute [2]. Tout le personnel français n'a pas respecté cette décision. Certains membres du personnel qui avaient quitté la Syrie et le Liban

Le Groupe Bretagne a été formé le 1er janvier 1942, avec certains objectifs à l'esprit: les aéronefs Maryland construits par les États-Unis effectueraient des missions de reconnaissance à long terme, les missions de soutien rapproché du Lysandre et les missions de liaison et de transport de Potez. Pourtant, ce n'est que le 3 mars que les premières missions opérationnelles ont été réalisées à partir d'Uigh el-Kébir, qui n'avait été capturé que la veille. Le lendemain, cependant, un Lysander s'est écrasé sur l'atterrissage, blessant son pilote, qui a dû être évacué à l'hôpital. Le 7 mars, la FAFL a connu un certain succès lorsque certains Lysanders ont réussi à détruire trois avions ennemis sur le terrain à Um el-Aranel; L'un d'eux a été chassé par un avion de chasse italien, mais il a réussi à revenir à la base, bien que subissant des dommages considérables.

Pendant la majeure partie de 1942, le Groupe Bretagne se concentra surtout sur des liaisons et des vols d'entraînement, mais à la fin de l'automne, Leclerc voulait compter sur la FAFL pour soutenir des offensives terrestres contre les Italiens suite à la victoire de la 8e armée britannique contre l'Afrika Korps à la Deuxième Bataille d'El Alamein et l'invasion anglo-américaine du Maroc pendant l'Opération Torche. Cependant, le manque de coopération entre l'état-major général de Leclerc basé à Alger et les Alliés semblait indiquer une lutte de pouvoir entre lui et de Gaulle puisque celui-ci était en charge des forces françaises libres à Londres. Bien que les avions de la FAFL de l'escadrille «Rennes» du Groupe Bretagne aient engagé les forces italiennes vers la fin de 1942 et le début de 1943, les problèmes d'armes et d'aéronefs Les équipages. Le 23 janvier 1943, fut témoin de la chute de Tripoli - et de la fin de la guerre aérienne pour le Groupe.

Le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord en novembre 1942 a été le point de départ de la renaissance de l'armée de l'air française, grâce à l'engagement du président américain Franklin D. Roosevelt, de 1 000 avions, et les Français ont commencé à recevoir des avions construits aux États-Unis Pour reconstituer ses escadrons. GCII / 5 a été la première unité organisée, d'abord constituée d'un seul escadron de P-40 Tomahawk combattants acquis des Forces aériennes de l'Armée des États-Unis, en raison de ses liens avec la Escadrille de Lafayette lors de la Première Guerre mondiale. Thelepte, en Tunisie, les deux escadrons de GCII / 5 ont combattu aux côtés des unités américaines pour défricher l'Afrique du Nord des forces de l'Axe en 1943.

Le 1er juillet 1943, l'état-major général de l'Armée de l'Air d'Alger (qui reçut ses ordres de Gaulle et du général Giraud) et l'état-major général de la FAFL furent fusionnés et placés sous le commandement du général Bouscat. Il a dirigé la réorganisation de l'armée de l'air française, intégrant tous les éléments venant de l'ex-armée française de Vichy en Afrique du Nord et de la FAFL. Ces forces comprenaient une vingtaine de groupes divers, équipés principalement de Dewoitine D.520, de LeO 45, de bombardiers Glenn Martin, d'avions de reconnaissance Bloch MB.175 et d'un assortiment d'avions de transport Amiots, Farmans et Potez 540.

Un escadron, deux identités: GC 2/7 (326th "Nice" Squadron) (1943-1945)


Au total, sous l'égide des Etats-Unis (pas seulement en Afrique du Nord, mais aussi en Sicile et en Corse), il y avait neuf groupes de chasse FAFL, dont trois étaient désignés comme escadrons de chasse de la RAF, à savoir le n ° 266 (Nice) Et des escadrons n ° 328 («Corse») et n ° 328 («Provence»), avec d'autres unités également appelées régions métropolitaines: Roussillon, Champagne, Navarre, Lafayette, Dauphiné et Ardennes. De même, six groupes de bombardiers (Bretagne, Maroc, Gascogne, Bourgogne, Sénégal et Franche-Comté), un groupe de reconnaissance (Belfort) et un groupe de transport (Anjou).



Le GC II/5 recevant des anciens P-40F de l'USAAF à Casablanca, le 9 janvier 1943.

Suite à la dissolution du bras de l'aviation navale française de Vichy, la seconde escadrille du groupe de combat GC II / 7 a accepté plusieurs pilotes de la marine dans ses rangs. En mars 1943, il a reçu son premier avion britannique; Supermarine Spitfire Mk.Vb combattants. Lorsque le CG II / 7 a été rompu en août, l'escadron a reçu deux désignations - l'une française, l'autre britannique - en raison du fait que son complément comprenait des pilotes français et britanniques. Alors que les Britanniques désignaient l'escadron No.326 de la RAF, les Français connaissaient leur escadrille comme GC 2/7, même si elle était rattachée à l'aile n ° 345 de la Force aérienne côtière alliée méditerranéenne (MACAF). Sa première mission en tant que GC 2/7 était une mission de reconnaissance armée le 30 avril 1943, au cours de la phase finale de la guerre en Afrique du Nord, date à laquelle la Luftwaffe avait pratiquement disparu, mais des unités Flak au sol restaient. Le 13 mai, les Allemands s'étaient rendus en Afrique du Nord, et GC 2/7 avait alors effectué 42 missions, cumulant 296 sorties. Le 18 juin, l'escadron a remplacé ses Spitfires Mk.Vb par la variante Mk.IX plus capable, construite à l'origine pour combattre l'Allemand Focke-Wulf Fw 190, dont un exemple avait été crédité à GC 2/7 sept jours plus tôt.



Équipage des Forces Françaises Libres au sol travaillant sur un moteur radial Bristol Mercury XV sur un bombardier Bristol Blenheim Mk.IV dans un aérodrome en Afrique du Nord.

Septembre 1943 a été témoin de la participation de GC 2/7 dans la libération de la Corse, en revendiquant sept avions ennemis détruits pour la perte de deux de ses pilotes. Le 27, l'escadron, aux côtés de la CG 1/3, a eu la particularité de devenir la première unité de l'Armée de l'Air à être stationnée sur le territoire français depuis la dissolution de l'armée de l'air française de Vichy en décembre précédent, Aérodrome d'Ajaccio-Campo dell'Oro. L'escadron, qui faisait partie de l'escadre n ° 322, comprenait des patrouilles sur l'île de Corse elle-même, l'interception des bombardiers allemands attaquant l'île, la protection des convois alliés traversant la Méditerranée, les attaques contre les navires allemands amarrés dans les ports italiens et, , L'escorte des bombardiers USAAF attaquant des cibles en Italie. A partir du printemps 1944, la GC 2/7 s'impliquerait à la fois dans les attaques de bombardements et de bombardements contre les cibles terrestres dans les régions côtières de l'Italie occidentale ainsi que dans l'île d'Elbe, célèbre lieu d'exil temporaire de Napoléon en 1814 avant À son évasion.



P-47D Thunderbolt Français du GC II/5 La Fayette


Finalement, en septembre 1944, GC 2/7 se trouva basée en métropole elle-même et assignée au même genre de missions qu'il avait menées sur l'Italie. Cependant, son commandant, le capitaine Georges Valentin, a été abattu par un flak sur Dijon le 8, tandis qu'un autre, le capitaine Gauthier, a été abattu une semaine plus tard, seulement il a réussi à atteindre la Suisse d'où, "De rejoindre son unité. Alors que la ligne de front s'avançait vers l'est en direction du territoire du Reich, la GC 2/7 se rendit à Luxeuil, d'où les missions effectuées au début du mois d'octobre ont fait détruire quatre avions ennemis et un autre a été qualifié de «probable». La veille de Noël a vu GC 2/7 escorter des bombardiers B-26. "Environ 20" combattants ennemis ont attaqué la formation, et GC 2/7 a réclamé quatre d'entre eux détruits, mais les Français ont perdu un de leurs pilotes dans le processus.



Martin B-26 Marauder du GB II/20 ''Bretagne''

GC 2/7 affrontait fréquemment l'ennemi alors que les Alliés s'avançaient plus loin dans l'Allemagne nazie, y compris une observation de deux chasseurs de jet Messerschmitt Me 262 le 22 mars 1945, trop rapides pour les Spitfires à piston. Le 14 avril, seize des avions de l'escadron escortaient les Lockheed F-5 quand ils ont été interceptés par une formation mixte de Bf 109 et Fw 190, dont deux ont été réclamés par des pilotes de la GC 2/7, mais un pilote a été abattu et est devenu - pour la brève durée que la guerre en Europe avait encore à exécuter - un prisonnier. Au moment où la guerre s'est terminée le 8 mai, la CG 2/7 avait, depuis sa formation deux ans plus tôt, réalisé un peu plus de 7 900 sorties.

Red Star: le Régiment Normandie-Niemen en lutte pour l'Union Soviétique (1942-1945)


Six mois après l'invasion de l'URSS par les Allemands, les pourparlers visant à une coopération plus étroite entre la France libre et l'Union soviétique ont donné naissance à un escadron avec un noyau initial de douze pilotes de chasse envoyés vers l'Est. Le Groupe de Chasse GC 3 Normandie a été officiellement promulgué par de Gaulle le 1er septembre 1942, avec le Commandant Pouliquen au commandement. Des mécaniciens, des pilotes et du matériel ont été transportés par chemin de fer et par air via Téhéran (Iran) jusqu'à Bakou (aujourd'hui capitale de l'Azerbaïdjan). Une période de formation sur le Yakovlev Yak-7 a été achevée vers la mi-février 1943 lorsque le commandant Jean Tulasne a pris le commandement du groupe, qui s'est finalement dirigé vers le front le 22 mars 1943.

La première campagne de la CG 3, équipée de l'avion de chasse Yakovlev Yak-1, a duré jusqu'au 5 octobre, et a englobé la région de la Russie entre Polotniani-Zavod et Sloboda / Monostirtchina. A partir d'une première victoire aérienne sur un Fw 190 le 5 avril, le dénombrement a considérablement augmenté et l'escadron est devenu le centre de beaucoup de propagande soviétique, si bien que Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel (qui a été exécuté en 1946 après les procès de Nuremberg) Capturé serait exécuté.

La tragédie a frappé l'escadron quand le Tulasne beaucoup-décoré a été rapporté disparu dans l'action après le combat le 17 juillet exigeant le commandant Pierre Pouyade pour prendre le commandement. En dépit de la perte, la CG 3 a commencé à recevoir de nombreuses citations et décorations unitaires soviétiques ainsi que des citations françaises. Le 11 octobre, de Gaulle accorde au groupe le titre de Compagnon de la Libération. Au moment où la CG 3 a déménagé à Toula le 6 novembre 1943, il n'y avait que six pilotes survivants du groupe, qui avait accumulé 72 victoires aériennes depuis son arrivée aux combats.

1944 a vu l'expansion du groupe pour devenir un régiment, avec une quatrième escadrille joignant ses rangs. Après la formation à Toula a été terminée sur les avions de chasse plus avancés Yak-9D, le nouveau régiment a rejoint la ligne de front pour sa deuxième campagne. Cela a duré jusqu'au 27 novembre et a pris dans la région entre Doubrovka (en Russie) et Gross-Kalweitchen (en Prusse orientale, Allemagne). C'est pendant cette campagne que Joseph Staline a permis au régiment de se dessiner Normandie-Niemen en reconnaissance de sa participation dans les batailles pour libérer la rivière de ce nom. Le 16 octobre, le premier jour d'une nouvelle offensive contre la Prusse orientale, la partie la plus à l'est du territoire national du Reich, les pilotes du régiment ont détruit 29 avions ennemis sans perte. Le mois suivant, le régiment était lui-même basé dans le territoire du Reich. Vers la fin de l'année, Pouyade avait été libéré de son commandement du régiment et lui, avec d'autres pilotes vétérans, est revenu en France.

Le 14 janvier 1945, le régiment Normandie-Niemen commence sa troisième campagne (de Dopenen à Heiligenbeil), se concentrant dans la partie prussienne de l'Est du Reich allemand, jusqu'à ce que la victoire dans l'est soit officiellement annoncée le 9 mai, Europe de l'Ouest. Ce jour-là, le régiment avait abattu 273 avions ennemis et avait reçu de nombreuses citations et décorations. Staline a exprimé sa gratitude au régiment en offrant les Yak-3 de l'unité en France, auxquels les pilotes sont retournés à l'accueil d'un héros à Paris le 20 juin 1945.

Ainsi, le régiment est devenu le seul groupe de combat aérien d'un pays d'Europe occidentale (à l'exception de la brève intervention de la 151e Escadre RAF lors de l'introduction des ouragans Hawker en Russie) pour participer à la guerre sur le front de l'Est. Son drapeau portait le témoignage de son expérience de bataille avec des noms tels que Bryansk, Orel, Ielnia, Smolensk, Koenigsberg (plus tard rebaptisé Kaliningrad par les Soviétiques) et Pillau. Il reçut les décorations suivantes: de France, le Compagnon de la Légion d'Honneur, la Croix de la Libération, la Médaille militaire, la Croix de Guerre de six palmes; De l'URSS, il reçut l'Ordre de la Bannière Rouge et l'Ordre d'Alexandre Nevski, avec onze citations entre les deux ordres.



Yak-3 Français du GC Normandie-Niemen.

Avions de l'axe capturés par les Forces Françaises Libres


CANT Z.1007bis Alcione, Heinkel He-46C-1, Heinkel He-177 et Junkers Ju-88

Page originale traduite par Google Traduction: https://en.wikipedia.org/wiki/Free_French_Air_Forces

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 536
Age : 36
Localisation : Fleury sur Orne
Date d'inscription : 27/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum