Jagdgeschwader 1 (JG 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jagdgeschwader 1 (JG 1)

Message  Flagada le Jeu 2 Mar - 19:49

Jagdgeschwader 1 (JG 1)




Emblème du Jagdgeschwader 1 présenté ultérieurement par Walter Oesau.

Le Jagdgeschwader 1 (JG 1) était un escadron de chasse allemande pendant la seconde guerre mondiale. Il a utilisé les avions Messerschmitt BF-109 et Focke-Wulf FW-190 entre 1940 et 1944. Le nom de l'unité est composée de Jagd, signifiant "chasse" et de Geschwader, signifiant "escadron". Créée pour la première fois en mai 1939 en Prusse orientale, le I./JG 1 était l'un des groupes originaux créés par la Luftwaffe dans le cadre de ses plans d'expansion.

Entre 1940 et 1942, le JG 1 opérait principalement sur le front occidental et l'Europe occupée du nord. Pendant les premiers jours de la guerre, le JG 1 a fait face à peu de résistance, en dehors des excursions occasionnelles de la Royal Air Force (RAF). L'unité a été rarement engagée dans des affrontements à grande échelle pendant cette période. À partir de la fin de 1942 il a été chargé de la défense du Reich. Après le jour J, des éléments du JG 1 ont été déplacés en France et ont été chargés de procurer un soutien aérien à la Wehrmacht Heer, ainsi que leur rôle de défense aérienne. L'opération Bodenplatte a considérablement réduit la force du JG 1.

Vers la fin de la guerre, l'unité a été dissoute et ses pilotes et aéronefs restants ont été réorganisés. Ce qui restait de ces groupes se rendit aux forces alliées à la fin de la guerre.

Le JG 1 a été la première unité à tenter des techniques de «bombardement aérien» contre les formations de bombardiers lourds de l'armée de l'air des États-Unis (USAAF). C'était la seule unité à être équipée avec le Heinkel He-162, un chasseur à réaction.

En 1944, le suffixe "Oesau" a été ajouté au titre de l'unité, après que le Geschwaderkommodore Oberst Walter Oesau a été tué dans l'action.

Quelque 700 avions alliés ont été abattus pendant la guerre par l'unité.


Histoire de l'escadron


En 1938, la Luftwaffe envisageait un plan d'expansion de cinq ans qui utilisait le Messerschmitt BF-109 monomoteur pour les fonctions de défense intérieure à courte portée et le bimoteur Messerschmitt Bf-110 pour les rôles offensifs externes à long terme. Au cours de l'été 1939, la Luftwaffe a remplacé ses plans expansionnistes à long terme pour une mobilisation rapide avec la création de cinq nouveaux Geschwader à partir de juillet 1939. Même ces plans ne se sont pas matérialisés et plusieurs groupes (Gruppen) ont été créés à partir de groupes existants. Un de ces groupes, le I./Jagdgeschwader 131 (JG 131), a ainsi été créé à partir du II./Jagdgeschwader 132 ''Richthofen'' (JG 132). Le nouveau groupe, le I./JG 131, était commandé par le Major Bernhard Woldenga, et était basé sur Jesau en Prusse orientale (Maintenant Nivenskoye en Russie). L'unité a été ré-équipée avec le BF-109E en juin 1939.

En mai 1939, toute l'organisation de la Luftwaffe fut changée. Par conséquent, un grand nombre d'unités ont été reclassées et de nombreuses modifications au titre du commandement ont eu lieu. Le I./JG 131 a reçu la désignation I./JG 1. L'escadron était au premier plan et la plus ancienne, le JG 2 ''Richthofen'' avait convoité cette désignation, mais a été laissée en ''deuxième place''. Cependant, le 7 mai, juste avant l'invasion de la France et des Pays-Bas, le I./JG 1 fut fusionné avec le Jagdgeschwader 27 et re-désigné comme III./Jagdgeschwader 27 (JG 27). Cela a temporairement dissous le JG 1 comme unité. Sept mois plus tard, le 7 décembre 1940 une nouvelle unité, le I./JG 1 a été formée à Jever de plusieurs unités défensives basées sur les côtes de la mer du Nord.

Le rôle du JG 1 était de fournir une couverture aérienne sur une grande partie du littoral de la mer du Nord. Son commandant était l'Oberstleutnant Carl-August Schumacher. Leur zone opérationnelle s'étendait des Pays-Bas au sud de la Norvège. Le 5 janvier 1942, Schumacher remit le commandement au major Erich von Selle pour devenir le commandant des forces de chasse de la Luftflotte 5 (Jagdfliegerführer Norwegen).


Réorganisation


Comme la Jagdgeschwader 2, le Jagdgeschwader 1 a été désigné comme unité ''donneuse'' pour former une nouvelle unité appelée Jagdgeschwader 11 (JG 11) le 31 mars 1943. Les I et II Gruppen JG 1 ont été transférés au JG 11. Le IV Gruppe fut re-désigné comme I./JG 1. Un nouveau III Gruppe a été formé à Leeuwarden, aux Pays-Bas, commandé par le Major Karl-Heinz Leesmann.

Le nouveau Jagdgeschwader 1 fut transféré à Deelen pour protéger le territoire néerlandais occupé, et le Jagdgeschwader 11 avait pour mission de protéger la frontière nord-allemande entre les Pays-Bas et le Danemark. Erich Mix a été remplacé par le Major Hans Philipp comme Geschwaderkommodore. Vers le milieu de 1943,le JG 1 est entré sous le contrôle du Luftwaffenbefehlshaber Mitte (Centre de commandement de la Force aérienne), qui a continué à former la Luftflotte sur le Reich.

Structure d'organisation


Généralement, l'organisation du JG 1 suivait l'organisation standard de la Luftwaffe pour n'importe quel escadron typique (Geschwader). Il était commandé par un Geschwaderkommodore, équivalent à un commandant d'escadre de l'USAAF ou à un capitaine du groupe de la RAF. Un Geschwaderkommodore était censé avoir le rang de lieutenant-colonel (Oberstleutnant) ou de colonel (Oberst), mais la position pouvait être comblée par un officier relativement mineur.

Initialement, la plupart des escadrons de chasse de la Luftwaffe étaient composées de trois groupes (Gruppen), qui étaient l'équivalent des groupes d'escadrons de l'USAAF ou de la RAF. Les groupes ont été identifiés par des chiffres romains, suivis du numéro d'unité, par exemple, le I./JG 1. En 1942, le JG 1 fut la première unité à être élargie pour intégrer un quatrième groupe. En partie, par suite de l'expansion du JG 1, d'autres escadrons de chasse de la Luftwaffe ont incorporés un quatrième groupe à partir du milieu de 1943.

Chaque groupe se compose habituellement de trois à quatre escadrilles (Staffeln), qui ont été identifiés à l'aide de nombres, par exemple, le 3./JG 1. Chaque escadrille avait également une formation de commandement (Stabschwarm) qui lui était associé. Une escadrille avait un établissement de 12 à 16 avions qui se composait habituellement de trois à quatre formations (Schwärme) de quatre avions volant habituellement dans une formation de ''finger four''. Le commandant d'une escadrille (Staffelkapitän) occupait ordinairement un grade de lieutenant-chef (Oberleutnant) ou de capitaine (Hauptmann). Les vols d'une escadrille ont été codés par couleur "Rouge", "Bleu", "Jaune" et "Vert".

Administration centrale du JG 1


Un Geschwaderstab était essentiellement une Unité centrale (Stabschwarm) pour toute l'esacdron. Il y avait des unités du quartier général aussi au niveau des gruppen. Initialement quand le JG 1 a été reconstitué à Jever, il a été constitué en tant que commande de chasse régional (Jagdfliegerführer 2) le 30 novembre 1939 avec une intention de coordonner avec la Marine (Kriegsmarine) et les unités de signaux. Ce commandement autonome défendant le littoral a été placé sous l'Oberstleutnant Carl-August Schumacher. Le Geschwaderstab JG 1 (Stab. JG 1) a également été appelé alternativement JG Nord ou JG Schumacher et a été équipé du BF-109D et E.

Gruppe I./JG 1

Le I./JG 1 se composait d'un Gruppenstab et de 1., 2. et 3. Staffels. Lorsque la bataille de la France commença le 10 mai 1940, le commandement administratif de l'armée de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord fut confié au JG 27. Après avoir reçu de nombreux services, le groupe fut ré-désigné III./JG 27 le 5 juillet 1940.

Le 1./JG 1 a été réformé le 7 décembre 1940 à Vlissingen par le "Holland" Squadron (Jasta Holland). Le 2./JG 1 a été formé le 5 Juillet 1941 à Katwijk aux Pays-Bas, de l'escadron Münster-Loddenheide (Jasta Münster-Loddenheide) de la Luftflotte 2 tandis que le 3./JG 1 a été formé le 1er Mars 1941 à De Kooy de certaines parties de l'Escadron de formation / complément du JG 52 (Ergänzungsstaffel Gruppe/JG 52). Ces trois unités ont fonctionné indépendamment jusqu'en septembre 1941 quand elles ont été groupées dans le I./JG 1 sous le commandant Erich Mix.

Le 3./JG 1 a été ordonné à la Sicile et plus tard à l'Afrique et a été ré-désigné 6./JG 51 le 30 novembre 1941. Un autre 3./JG 1 a été formé à Wangerooge le même jour. En janvier 1944, l'unité du 18 Staffel fut transférée à Dortmund, où ils furent placés à côté du I./JG 1. Ils furent alors subordonnés au major Rudolf-Emil Schnoor, commandant du I./JG 1. Le 15 août 1944, le 9./JG 77 a été transféré pour renforcer le I./JG 1, devenant le 4./JG 1.

Gruppe II./JG 1

En septembre 1941, le I./Jagdgeschwader 3 (JG 3) du Hauptmann Hans von Hahn fut transféré du Front de l'Est à l'Allemagne pour se reposer et se réapprovisionner. En novembre 1941, il fut transféré dans les Pays-Bas septentrionaux et le 15 janvier 1942, à nouveau désigné II./JG 1 à Katwijk. Le groupe avait été impliqué dans la bataille de la France et les campagnes du Front oriental comme le I./JG 3 et avait 421 victoires en son nom en septembre 1941. À Katwijk et Vlissingen, ils ont été chargés de la défense côtière et la protection de Routes de navigation.

Au début de 1944, le Reichsluftministerium (Ministère de l'Air du Reich - RLM) a renforcé les chasseurs de la "Défense du Reich" avec des unités supplémentaires du Front de l'Est. Le 15 août 1944, le II./JG 1 a été porté à quatre personnes avec l'addition du 7./JG 51 équipé du BF-109G-6 "Gustav" de sa base de Brest-Litovsk. A leur arrivée en mai 1944 à Störmede, ils ont été rééquipés du Focke-Wulf FW-190 et ré-désigné 8./JG 1 le 15 août 1944. Le 4./JG 1 a été ré-désigné 7./JG 1. De ce point jusqu'à la fin de 1945, le II./JG 1 était avec le Stab II./JG 1, ainsi que les 5., 6., 7. et le 8./JG 1.

Gruppe III./JG 1

En janvier 1942, la plupart des escadrons de chasse (Jagdgeschwader) de la Luftwaffe avaient créé leur propre groupe de formation (Ergänzungsgruppe), avec lequel préparer des stagiaires pour le service opérationnel avec leur escadron similaire. Chaque groupe d'entraînement avait son propre escadron opérationnel (Einsatzstaffel) qui doublait en tant qu'équipage supplémentaire, composé d'instructeurs et de stagiaires. C'est à partir de ce tel Einsatzstaffel qu'a été formé le III./JG 1.

Le III./JG 1 a été formé en janvier 1942 à Husum. Le 7./JG 1 se composait de vols supplémentaires (Einsatz-Schwärme) d'écoles de pilotes de chasse (Jagdfliegerschule ou JFS) Gleiwitz, Breslau et Königsberg. Le III./JG 1 a été ré-désigné I./JG 11 le 1er avril 1943 et un nouveau III./JG a été créé le 23 mai à Leeuwarden, sous la direction du major Karl-Heinz Leesmann.

Gruppe IV./JG 1

Le JG 1 a été élargi pour inclure un 4ème groupe (Gruppe) autour du même temps que le III./JG 1, et a également été formé en utilisant les groupes d'entraînement (Ergänzungsgruppen) et les escadrilles de formation (Einsatzstaffeln) d'autres escadrons.

Le 21 mars 1942, le IV./JG1 a été ré-désigné III./JG 5. Il a été rétabli le même jour à Werneuchen avec des éléments du précédent IV./JG 1 et des escadrons d'entraînement des écoles de chasse 1 et 4. Le 1er avril 1943, le IV./JG 1 a été ré-désigné I./JG 1.

Avions du Jagdgeschwader 1


Lorsque le JG 1 a été formé, il a principalement utilisé le Messerschmitt BF-109E-1. Au milieu de 1942, les II, III. et IV./JG 1 commença à se convertir sur FW-190. Bien que le I./JG 1 ait continué à exploiter les modèles BF-109 'E' et 'F' et les modèles suivants 'G', y compris les modèles spécialisés F-4/Z et G-1 (ces derniers étant également pressurisés) avec un boost GM-1 pour l'altitude. En avril 1943, le I./JG 1 avait largement fait une transition vers le FW-190A, tandis que le III./JG 1 retournait sur le BF-109G. En avril 1944, le III./JG 1 a été l'une des premières unités de la Luftwaffe à avoir été équipée du BF-109G-5/AS avec un sur-alimentateur amélioré et une augmentation avec le MW-50 de méthanol-eau.

Les I. et II. JG 1 ont été les premiers Gruppen à être équipé avec le Heinkel He-162A-2 Spatz (Sparrow, le nom de Heinkel pour le design), avec des livraisons du He-162 en Février 1945 au I./JG 1 à Parchim. Vers avril 1945, le II./JG 1 s'installe à Rostock-Marienehe près de l'usine de Heinkel pour recevoir les livraisons du nouvel avion.

Emblème de l'unité et schémas de couleurs




FW-190 affichant le Tatzelwurm


Lorsque le JG 1 a été initialement formé comme I./JG 1, son emblème a été conçu par le Major Woldenga comme croix allemande sur lequel une fuite de trois BF-109s a été transposés.

Lorsque le I./JG 1 a été incorporé dans le JG 27, l'emblème original du I./JG 1 est devenu celui du III./JG 27. Quand le JG 1 a été réformé en 1940, l'emblème du II./JG 1 était le Tatzelwurm, un serpent mythique des Scandinaves avec des origines venant du JG 3.

Le I./JG 1 était le seul groupe qui affichait des numéros d'aéronef individuels sur le carénage du moteur jusqu'à ce qu'il soit ré-désigné III./JG 27. Chacun des membres du personnel avait également ses propres emblèmes. Par exemple, le 2./JG 1 avait une épée coupant le parapluie de Chamberlain en deux.

Le logo du 9./JG 1 représentait un pistolet à fusil sur un coeur entouré par les mots, ''tir qui tire d'abord plus de la vie''. Après sa nomination comme Geschwaderkommodore, l'Oberstlt. Walter Oesau a introduit un nouvel emblème le 12 novembre 1943 et utilisé par tous JG 1. Un «1» à ailes rouges à l'intérieur d'un diamant blanc entouré d'un cercle noir. Il semble y avoir eu quelques disputes sur les détails de l'emblème, avec une version enfermant le diamant blanc avec un cercle rouge au lieu d'un noir.

Au printemps 1943, le I./JG 1 introduit brièvement des motifs géométriques à haute visibilité en alternant bandes horizontales noires et blanches sur le capot du moteur, avec d'autres unités du JG 1 (anciennement IV./JG 1) utilisant des motifs de damier sur le capot. Le I./JG 1 était unique en utilisant une variante d'un schéma d'identification plus coloré de carénages de damier noir-et-blanc-rayés. Les damiers ont été divisés en noir-blanc, noir-rouge et noir-jaune pour les 1., 2. et 3. Staffeln respectivement.

Après l'adoption générale de toutes les bandes de fuselage colorées identifiées par tous les Jagdgeschwaders, le groupe I./JG 1 utilisait des bandes noires et blanches. Le I./JG 1 a commencé à peindre des bandes rouges de fuselage arrière pour distinguer du JG 11 et l'avion de la Sturmstaffel. L'utilisation de ces bandes de fuselage colorées a été généralement abandonnée vers le milieu de 1944. À un moment donné, un schéma de couleur de la peinture du gouvernail de queue en blanc a été testé pour les unités dédiées à la Défense du Reich.

Histoire opérationnelle


L'original I./JG 1 basé à Jesau, a très peu servi dans l'Invasion de la Pologne. Dans la Prusse orientale, ils ont été réaffectés sur trois bases : Heiligenbeil, Schippenbeil et Arys-Rostken. Le I./JG 1 a eu une participation négligeable et aucun avion ennemi n'a été abattu. La seule victime était un pilote du 2./JG 1 blessé par la flak ami. Le 5 septembre 1939, le groupe retourna à Jesau. Après un arrêt de dix jours sur Lübeck-Blankensee, le Gruppe est arrivé à Vörden. Bien que le I./JG 1 ait été placé sous le contrôle administratif du JG 27, le I./JG 1 a été temporairement placé sous contrôle administratif du JG 77 le 4 juin 1940. Il est revenu sous le contrôle du JG 27 quelques jours plus tard.

A son arrivée à Vörden, le premier aéronef porté au crédit du I./JG 1 fut un Bristol Blenheim du 110th Escadron de la RAF abattu lors d'une mission de reconnaissance. En février 1940, le major Bernhard Woldenga est promu au poste d'inspecteur des chasseurs et succède à Joachim Schlichting. L'unité a continué à participer largement à la bataille de la France. Le I./JG 1 a remporté 82 victoires aériennes lors de la bataille de France, avec le Hauptmann Wilhelm Balthasar meilleur buteur avec 23 victoires, et le Leutnant Ludwig Frantisek avec 9.

Après avoir été rétabli en décembre 1940, la principale responsabilité de la première guerre mondiale était la défense aérienne de l'Allemagne et de ses territoires occupés dans le Nord. Dans ce rôle, l'unité a presque exclusivement travaillé aux Pays-Bas avant son transfert en Allemagne centrale. Ses principaux adversaires, en 1940-41, étaient donc les seuls avions de reconnaissance de la RAF, l'avion anti-navire de la RAF Coastal Command et les bombardiers moyens du groupe 2 du RAF Bomber Command, bien que le groupe ne verrait que peu d'action par rapport aux autres théâtres en 1941. Pendant cette période de temps, ce secteur a été considéré comme relativement sûr comparé à d'autres théâtres.

Défense du Reich 1942-1943


Parce que les bombardiers de la RAF et leurs escortes n'avaient pas assez de portée pour atteindre l'espace aérien allemand, le JG 1 était un peu isolé de l'offensive de combat de la RAF ''Peu en Europe'' de 1941 qui impliquait les JG 2 et JG 26. L'Oberstleutnant Erich Mix, Plus de 40 ans, a réclamé un Blenheim comme sa 13ème victoire au milieu de 1941.

Le JG 1 a néanmoins participé au célèbre passage sur la Manche, dans le cadre de l'opération Donnerkeil pour les cuirassés allemands Scharnhorst et Gneisenau de la Kriegsmarine, avec le croiseur Prinz Eugen le 13 février 1942. En mai, le II / JG 1 a été assigné sur Woensdrecht et sur Katwyk. Sa première victoire a été marquée par l'Unteroffizier Meisner du 6./JG 1. Au début de 1942, le groupe avait commencé à rééquiper du précédent BF-109F-4 au Focke-Wulf Fw-190, complétant le 12 mai 1942. Un as notable à partir de début 1942 était l'Oberfeldwebel Gerhardt, meilleur marqueur du JG 1 avec un comptage de 9 victoires le 17 février 1942.

Dès la fin de 1942, l'offensive croissante des bombardiers de l'USAAF amena le JG 1 à l'avant-garde de la Défense du Reich, opérant à haute altitude contre les bombardiers américains de la 8th AF. Équipé du BF-109G "Gustav" avec des cabines pressurisées, le JG 1 a expérimenté avec plusieurs façons officielles et non officielles d'abattre les bombardiers lourds, avec divers degrés de succès. Une des méthodes officieuses que le Leutnant Heinz Knoke a développées était le ''bombardement aérien'' au dessus des bombardiers en utilisant une bombe de 250 kg à retardement avec un fusible de 15 secondes, bien que la perte de performance des avions et la vulnérabilité des avions, la méthode n'a pas été largement adoptée. L'opération initiale de Knoke à l'aide de bombes aériennes se trouvait à 1000 mètres au-dessus de la formation de bombardiers le 22 mars 1943, et il a déclaré avoir brisé l'aile d'un des bombardiers, bien que le seul B-17 perdu ce jour-là était dû au III./JG 1. Le JG 1 a également été le pionnier de l'utilisation des fusées Werfer-Granate (Wfr. Gr. ou WGr) 21 comme une arme anti-bombardiers "impasse" au milieu de 1943, bien qu'elles aient été trop lourdes pour les chasseurs retirés plus tard dans l'année.

Au début de 1943, le JG 1 était principalement équipésdu FW-190A, à l'exception du I./JG 1 utilisant encore le BF-109G-1. La première bataille aérienne de grande envergure entre le JG 1 et le VIII Bomber Command a eu lieu lorsque ce dernier a bombardé la base navale à Wilhelmshaven le 27 janvier 1943 avec une force de 64 B-17 Flying Fortress et 27 B-24 Libérator. Face à eux, il y avait les I., II. et IV./JG 1. Avec leur base à Jever au-dessous de la route du I./JG 1 attaquée en pleine force sous l'Hauptmann Günther Beise. Dans un éclairci d'une couverture de nuages, ils ont interceptés à 7600 m. Le manque d'armement lourd sur le BF-109 et le manque d'expérience du I./JG 1 signifiaient des résultats peu satisfaisants. Les équipages américains ont noté que les BF-109 n'appuyaient pas sur leurs attaques. Bien que la plupart des B-17 aient subi quelques dégâts de combat, un seul a échoué à revenir, avec la première victime américaine de la ''Défense du Reich'', le 305th groupe de bombardiers du capitaine Vance Beckham, le B-17F (41-24637). Il y avait cinq réclamations (l'une non confirmée) et le bombardier a été abattu par l'Oberleutnant Hugo Frey du 2./JG 1 ou par le Feldwebel Siegfried Zick du 2./JG 1, comme deuxième victoire. Cinq des BF-109 ont été abattus avec trois pilotes tués, bien que les dommages sur la base navale aient été minimes.

La couverture nuageuse sur la cible et les mauvaises communications radio signifiaient que la formation de B-24 se rompait. La plus petite formation de B-24 a perdu son chemin et a traversé les Pays-Bas près de Woensdrecht. Après avoir erré sur les Pays-Bas du Nord, ils ont tourné vers le nord vers la mer du Nord où ils ont abandonné leurs bombes. Les II. et IV./JG 1 ont décollé de Woensdrecht et de München-Gladbach pour intercepter pendant que les 5 et 6./JG 1 ont été ravitaillés à Schiphol. Le 4./JG 1 a fait une passe sur les bombardiers et deux Libérator ont été réclamés mais pas confirmés. Le 12./JG 1 a intercepté sur Terschelling, abattu deux libérator. Parmi ceux-ci, l'un était le résultat d'une collision avec un FW-190 abattu qui a coupé la queue du bombardier, la seule perte du 12./JG 1.

Le 4 février 1943, l'escadron de chasseurs de nuit Nachtjagdgeschwader 1 (NJG 1), équipée de chasseurs de nuit bimoteurs BF-110, a rejoint la mêlée avec les I./JG 1, II./JG 1 et IV./JG 1. De mauvaises conditions météorologiques ont seulement permis au 3./JG 1 d'être en mesure de trouver la formation au début, en revendiquant un B-17. Les II./JG 1 et IV./JG 1 ont réclamés six B-17 abattus au prix de deux chasseurs.

Le I./JG 1 a réclamé quatre B-17 et quatre B-24 le 26 février 1943 pendant une attaque sur les chantiers navals de Wilhelmshaven et deux Libérator ont été confirmés perdus. Un a été réclamé par l'Oberleutnant Heinz Knoke et l'autre réclamé par l'Unteroffizier Leo Demetz du 3./JG 1. Treize B-17 ont été réclamés abattus par le JG 1 au total.

Le 18 mars 1943, 76 B-17 et 27 B-24 ont été envoyés pour bombarder des chantiers navals de Vegesack près de Bremen. Les I./JG 1, IV./JG 1 et des parties du III./JG 1 ainsi que des formations de Nachtjagdgeschwader ont intercepté les bombardiers au sud-ouest d'Heligoland. Knoke et son ailier Dieter Gerhardt attaquèrent chacun une tête de bombardier B-24. La cible de Knoke a explosé mais a également été revendiquée par l'Oberleutnant Walter Borchers du 8./Nachtjagdgeschwader 3 (NJG 3). L'objectif de Gerhardt, le B-24, est retourné en Angleterre alors qu'il est abattu sur la mer du Nord par un autre feu de retour. La bataille a duré deux heures, et quatre B-17 et cinq B-24 ont été abattus pour la perte de deux pilotes et de trois avions. Un seul B-24 et un B-17 ont été effectivement perdus.

Le 1er avril 1943, l'Oberfeldwebel Fritz Timm du 3./JG 1 abattit un Lancaster. Le 17 avril 1943, l' Hauptmann Fritz Losigkeit, Gruppenkommandeur du I./JG 1 abat son premier B-17, et son unité a réclamé un total de trois dont deux ont été confirmés pour la perte d'un pilote et de deux FW-190. 17 autres B-17 ont été abattus par les JG 1 et JG 11.

Le 11 juin 1943, Leesmann du III / JG 11 a vu l'action pour la première fois. Le groupe a intercepté une formation de B-17 approchant Wilhelmshaven. Le Leutnant Eugen Wintergerst, Staffelkapitän du 9./JG 1 a réclamé un B-17 pour sa vingt et unième victoire.

Le VIII Bomber Command a organisé sa première grande attaque sur la région de la Ruhr le 22 juin 1943. L'objectif principal consistait à bombarder l'usine de caoutchouc synthétique de Hüls par dix groupes B-17. Le JG 1 a intercepté et a été crédité de quinze bombardiers.

Le 25 juin 1943, une autre formation B-17 se dirigea vers l'Allemagne. Cependant, les cibles primaires et secondaires étaient couvertes de nuages ​​et les bombardiers ont attaqué deux convois au large des îles Frisonnes. Quelque huit groupes variés de combattants ont intercepté, parmi eux le III./JG 1, qui a réclamé sept bombardiers, Leesmann responsable pour l'un d'entre eux. Le III./JG 1 a perdu deux pilotes dont l'adjudant Oberleutnant Friedrich Hardt et trois pilotes ont été blessés.

La météo du 25 juillet était si pauvre que deux formations de bombardiers du VIII Bomber Command ont choisi leur cible secondaire et une troisième a abandonné sa mission. Le III./JG 1 a abattu trois bombardiers, mais a perdu Leesmann, qui s'est écrasé dans la mer du Nord avec sa 37ème victime.

Le lendemain, les bombardiers ont attaqués les usines de caoutchouc d'Hanovre et les U-Boat de Hamburg. Le Feldwebel Alfred Miksch du 8./JG 1 et l'Hauptmann Robert Olejnik du III./JG 1 ont chacun réclamé un bombardier.

Le 30 juillet 1943 était le dernier jour de ce qui a été surnommé la "Semaine du Blitz". La 80ème mission visait l'usine de Fieseler à Kassel. Le III./JG 1 a intercepté jusqu'à ce que les bombardiers aient bombardé et retournent avec le III./JG 11, a intercepté les bombardiers près de la frontière hollandaise sur Emmerich am Rhein. Ils ont été confrontés de façon inattendue à une centaine de P-47 de l'USAAF et le III./JG 1 avait trois avions BF-109G endommagés, dont deux étaient irréparables. Le Leutnant Wintergerst du 9./JG 1 a abattu un P-47, le premier P-47 perdu dans la campagne "Défense du Reich". Le 56th groupe de chasseurs et le 78th groupe de chasseurs ont enregistré la perte d'un chasseur chacun. Deux bombardiers ont également été abattus.

Le 12 août 1943, 330 B-17 ont bombardé des cibles en Allemagne de l'Ouest, escortées pour la première fois par des P-47. Le II./JG 1 a eu six FW-190s qui se sont crashés et six autres qui ont subi de lourds dégâts, perdant un pilote.

Le 8 octobre 1943, le JG 1 a perdu le grand Oberstleutnant Hans Philipp, tué par les chasseurs P-47 du 56ème Fighter Group. Le geschwaderstab a entendu Philipp annoncer une victoire sur un Thunderbolt, et sa dernière transmission a été à l'ailier Oberfeldwebel Reinhardt, en déclarant "Reinhardt, attaque!". . Reinhardt a vu l'avion de Philipp disparaître dans un nuage. Reinhardt a été blessé après avoir heurté un avion ennemi, mais a réussi un atterrissage forcé.

Le II./JG 1 ont été renforcé avec plusieurs experten à cette époque, y compris l'Hauptmann Karl-Heinz Weber (136 victoires aériennes dans plus de 500 missions avec le 7./JG 51) l'Oberleutenant Friedrich Krakowitzer (23 victoires en juin 1944) et l'Obfw. Günther Heckmann (12 victoires). C'est à la fin de 1943 que Walter Oesau a été nommé Kommodore du JG 1.

Le 28 décembre 1943, le 6./JG 1 a perdu l'Unteroffizier Gerhard Hartwig et Rudolf Wezulek au-dessus de Mesum et Oberfeldwebel Werner Essinger qui a sauvé dehors sur Burgsteinfurt. Le Hauptmann Hans-Georg Hackbarth, qui avait rejoint le JG 1 le 15 novembre, a été promu à la place de Hans Ehlers dans l'affaire du I./JG 1, tué le 22 décembre 1943.

Jour J et au-delà 1944


Le major Hans-Günther von Kornatzki avait formé une unité expérimentale pour évaluer de nouvelles méthodes d'attaque de bombardiers. La Sturmstaffel 1 se composait exclusivement de volontaires formés pour engager les bombardiers ennemis dans des quartiers extrêmement étroits, en utilisant des FW-190 (particulièrement appelés Sturmböcke) ou des Rams. Ceux-ci étaient destinés à attaquer les bombardiers de l'arrière dans les formations serrées en flèche, se rapprochant à l'extrême, en tant que remplaçants pour les chasseurs lourds bimoteurs Zerstörer autrefois-consacrés, qui eux-mêmes ont été abattus par un nombre de plus en plus croissant de chasseurs alliés d'escorte . En janvier 1944, l'unité Staffel a été transférée à Dortmund, où elle a été subordonnée au commandant Rudolf-Emil Schnoor et à son commandant.

En janvier 1944, le II./JG 1 était basé dans le Nord de l'Allemagne sous le nom de «Défense du Reich» (Reichsverteidigung) sous les ordres du Hauptmann Walter Höckner (62 v.). Au cours des mois suivants, le II./JG 1 avait maintenant trois experts notés transférés : Hauptmann Hermann Segatz (33 victoires), Oberleutnant Georg-Peter Eder (33 v.) et Major Heinz Bär (179 v.). L'Oberleutnant Georg-Peter Eder a été affecté comme Staffelkapitän du 6/JG 1 le 15 mars 1944, après avoir récupéré des blessures subies en servant avec le JG 2.

Le 4 février 1944, le Hauptmann Hermann Segatz remplace le Hauptmann Walter Hoeckner comme commandant du II./JG 1. Bien que le Major Bär ait mené le I./JG 77, sa critique prononcée contre le commandement de la Luftwaffe a conduit le Reichsmarschall Göring à le rétrograder en tant que Staffelkapitän conduisant une opération de formation. Il a été transféré le 21 janvier 1944 au 6./JG 1 comme pilote ordinaire. Walter Oesau l'a accueilli avec l'assurance au commandement supérieur que Bär n'aurait pas de responsabilités de commandement. Oesau a toutefois réussi à utiliser les compétences de Bär comme chef de formation après la mort de Segatz le 8 mars 1944, et Bär a été nommé commandant par intérim du II./ JG 1.

Le 24 février 1944, la huitième force aérienne a tenté de répéter le succès du 20 février. Les 1ère et 2ème divisions ont volé de l'est vers l'Allemagne et la 3ème division est-nord-est sans escorte. Après avoir traversé le Schleswig-Holstein, ils ont attaqué des cibles le long de la côte de la mer Baltique. La 1ère et la 2ème division ont été considérées comme la poussée principale de l'attaque et la 3ème Division est allée sans être ennuyée. Les bombardiers B-24 de la 2ème Division ont été programmés pour bombarder Gotha et le JG 1 ont été dirigés pour attaquer ces B-24. En raison du fort vent arrière et du vol à basse altitude, les bombardiers ont été séparés de leurs chasseurs d'escorte et le JG 1 a atteint Gotha avant les bombardiers. Le major Heinz Bär a mené le II./JG 1 dans une attaque de plongée et a réclamé quatre B-24 tandis que I./JG 1 a attaqué tête en première et a réclamé cinq B-24s abattus. À l'époque, une ''directive d'assemblage'' établissait que le pilote principal qui atterrissait dans un aérodrome de chasse assumerait le commandement de tous les autres pilotes de chasse (quel que soit l'unité) qui atterrissaient sur cet aérodrome avec un aéronef utilisable. Cela a permis à de grandes formations ad-hoc de chasseurs d'être rapidement renvoyé dans la bataille. Walter Oesau du JG 1 a mené une telle attaque avec un commandement improvisé.

Le 6 mars 1944, Jimmy Doolittle a ordonné à 730 bombardiers de bombarder Berlin pour la première fois. Ils ont été escortés par 644 chasseurs de la 8th AF, la 9th AF et de la RAF. Le commandant du I. Jagdkorps a demandé et reçu des renforts du II. Jagdkorps et la 7 Jagd-Division. Oesau a conduit le Stab./JG 1 et le I./JG 1, le Major Bär a mené le II./JG 1, et accompagné du I./JG 11 et III./JG 54, ils ont initialement intercepté seize B-17 du 100e Groupe de Bombes qui étaient Escorté par les P-47 du 78th Group. Dix B-17 sont descendus dans la première vague et dans plusieurs vagues d'attaques sur les bombardiers de multiples directions la plupart des pilotes ont fini par épuiser leurs munitions, résultant en vingt bombardiers étant abattus dans les 25 minutes avant que l'escorte des P-47 arrivent.

Au cours de la première moitié de 1944, les attaques des Alliés contre les réseaux ferroviaires avaient complètement frustré le Reichsmarschall Hermann Göring. Göring n'était pas du tout satisfait de l'incapacité d'arrêter le bombardement et il a remis en question l'engagement de plusieurs chefs d'escadrons de chasseurs qui ne volaient pas et dirigeaient personnellement leurs unités sur une base régulière. Le 11 mai 1944, 1000 bombardiers B-17 et B-24 de la 8th AF ont attaqué des réseaux ferroviaires vitaux dans le nord-est de la Belgique et dans l'est de la France escortés par un nombre encore plus grand de chasseurs. Oesau était malade et au lit à l'époque, mais, en colère par les insinuations de Göring, a décollé avec deux autres chasseurs du Stab dans son BF-109 "Grün  12".

Il existe plusieurs versions concernant sa mort. Une version a suggéré que son ailier a rapporté des dommages et a été demandé de rompre. Seul sur les Ardennes, il a été engagé par au moins quatre escortes de P-38 ou éventuellement par des P-51. Dans le combat de 20 minutes qui suivit, il a été tué en train de s'écraser près de St. Vith. Dans sa mémoire, le Jagdgeschwader 1 a obtenu le suffixe "Oesau".

Bär a été transféré au JG 3 le 21 mai 1944, ayant remporté 23 victoires en quatre mois avec le II./JG 1, remplacé par l'Oberleutnant Georg-Peter Eder. L'Hauptmann Weber a été nommé commandant du III./JG 1 le 7 juin 1944. L'escadron avait servi presque exclusivement dans le Nord de l'Allemagne et les Pays-Bas jusqu'ici, quand il a été transféré sur l'Allemagne centrale et occidentale avant de se déplacer en France, l'Armée (Wehrmacht) pendant la bataille de Normandie. Le jour J, le II./JG 1 reçut des ordres de transfert vers l'ouest de leur base près de Störmede. 32 FW-190A-8s ont décollé sous le commandement de l'Oberleutnant Eder et se sont dirigés vers Essay. Vers la fin de l'après-midi, tous les avions ont atterri à Montdidier. La nouvelle que leur destination originale avait été bombardée a signifié une diversion au Mans. La nouvelle Staffel 7./JG 51 (plus tard 8./JG 1) a été attaquée par des Mustangs près du Mans, le lieutenant Johann Brünnler étant abattu et tué. Les I./JG 1 et II./JG 1, ainsi que le II./JG 53, étaient basés au Mans avec un complément de 100 FW-190s et BF-109.

Le lendemain, il y eut la perte notable du Hauptmann Karl-Heinz Weber, commandant du III/JG 1 abattu et tué par les Mustangs. C'est à partir du Mans que le JG 1 a commencé à effectuer des missions de chasseur-bombardier (Jagdbomber ou JaBo), même si ni les I. et II./JG 1 avaient une formation spécialisée. Le 8 juin 1944, les deux gruppen furent envoyés en mission d'attaque au sol. 25 FW-190s du II./JG 1 ont attaqué les navires alliés au large de la côte normande sans être gênés. Les avions de la RAF ont bombardé l'aérodrome du Mans la nuit du 9 juin, résultant en II./JG 1 perdant sept avions et cinq endommagés. L'Oberleutnant Rüdiger von Kirchmayr a volé en arrière du 4./JG 1 après l'hospitalisation le 12 juin à Störmede, et en chemin il a été attaqué par Spitfires au-dessus de Flers, réclamant une victoire non confirmé en conséquence.

Le 15 juin 1944, le Feldwebel Günther Henschel du 8./JG 1 a abattu un Mustang au nord de Caen. Un FW-190 a été abattu sans perte humaine. Le 16 juin 1944, le II./JG 1 a déplacé son complément de 25 FW-190 à Essay et a été chargé de défendre les cieux sur les plages de Normandie. Pendant le transfert, le 8./JG 1, a été probablement attaqué par les P-51s de la 354th Fighter Wing, près d'Alençon. Le JG 1 a perdu trois pilotes et un pilote mécanicien et a également perdu deux autres avions sans perte humaine avec la réclamation de deux P-51 abattus crédités au Lt. Friedrich Krakowitzer (24ème victoire) et l'Oberfeldwebel Günther Heckmann (13ème victoire). La base à Essay a été bombardée le même jour par des B-24 Liberator, rendant l'aérodrome impropre à des missions.

Cela a entraîné un transfert vers un terrain d'atterrissage à Semallé, au sud-est d'Alençon. Comme l'unité s'établissait ici, ils sont venus sous l'attaque fraîche des Mustangs, qui ont tiré sur l'aérodrome, détruisant 15 FW-190s et mettant le II./JG 1 hors de la bataille. Une dizaine de FW-190 non opérationnels ont également été détruits, entraînant les pertes finales du II./JG 1 en Normandie. En dix semaines en Normandie, le II./JG 1 avait perdu 27 pilotes, 3 capturés et 2 blessés. Au total, 106 appareils ont été perdus pour diverses raisons.

Le 17 août 1944, le II./JG 1 est transféré à Reinsehlen, en Allemagne, pour la formation et le rééquipement avec les nouveaux chasseurs légers Heinkel He-162 Spatz.

Le 21 novembre, 1149 bombardiers et 858 chasseurs de la 8th AF ont attaqué le chantier pétrolier de Mersebourg. Dans de mauvaises conditions de vol, beaucoup des nouveaux pilotes inexpérimentés du I./JG 1 ont été perdus, environ 20 avions étant abattus. Le I./JG 1 fut ensuite chargé de soutenir les préparatifs de la contre-offensive ardennaise, qui relancerait la Bataille des Ardennes.

Fournir un soutien aérien à l'armée dans la région de Bastogne était aussi difficile pour le II./JG 1, perdant plusieurs pilotes expérimentés. Le 26 décembre 1944, le Leutnant Horst Ertmann, l' Oberfeldwebel Georg Hutter et Oberfeldwebel Reinhard Flecks des 5./JG 11 et 6./JG 11 sont tous perdus. Parmi les autres pilotes, on peut citer l'Unteroffizier Ferdinand Nüsse et Johann Ruburg et le Leutnant Heinz Fresia, l'Oberführer Paul Brühl et l'Oberführer Helmut Bullenkampof 8./JG 1.


Opération Bodenplatte


À la fin de 1944, l'Opération Bodenplatte de la Luftwaffe avait pour but de paralyser les forces aériennes tactiques alliées basées dans les Pays-Bas, et de relancer ainsi les progrès bloqués de la Wehrmacht pendant la Bataille des Ardennes. L'opération a été lancée le Jour de l'An 1945. Le JG 1 a participé à cette action avec l'ordre de détruire autant d'avions ennemis sur le terrain que possible. Bien qu'un grand nombre d'avions alliés aient été détruits, la Luftwaffe a perdu un grand nombre de pilotes qui étaient irremplaçables.

Les objectifs de JG 1 étaient les suivants:

Le 131st Escadron polonais de la RAF (302nd Escadron Poznański, 308th Escadron "Krakowski" et 317th Escadron "Wileński") situé près de Gand / Sint-Denijs en Belgique.
485th (NZ) situé près de Maldegem en Belgique.
D'autres escadres de Spitfire près d'Ursel en Belgique.

Le JG 1 a perdu dix pilotes tués, sept disparus et huit capturés.

Lors d'une bagarre avec les Spitfires de l'Escadron n° 308, le sergent Józef Stanowski a engagé l' Hauptmann Georg Hackbarth (30 victoires) et son FW-190A-8 s'est écrasé près de la gare Saint-Pieters, son corps étant jeté à l'écart de l'épave. Le Fw. Karl Hahn a également été abattu par Stanowski, tout comme le Feldwebel Harry Klints du I./JG 1 sur son FW-190 "Grün 5" qui s'est écrasé près de Zwijnaarde. L'officier volant Tadeusz Szlenkier a également réclamé le FW-190 piloté par Klints. Szlenkier à son tour a été attaqué et s'est écrasé.

Cependant, Stanowski a dû s'écraser à cause du manque de carburant. Comme l'escadron n° 308 est retourné à la base, ils ont abattu quatre autres des chasseurs du I/J1.

C'est alors que le II./JG 1 est arrivé. Le Fw. Edger Ardner du 5./JG 1 a été engagé par deux Spitfires et abattu, sautant et fait prisonnier. Le 317th Escadron rejoint la mêlée à son arrivée. L'adjudant Stanisław Piesik a abattu un autre FW-190.

Un témoin oculaire a suggéré que certains des pilotes du JG 1 ont fait face à la colère des civils belges, en précisant que le corps de l'un des pilotes a été dépouillé et attaqué par une foule en colère. Un autre pilote, l'Unteroffizier Fritz Hoffman, a échappé à peine en se rendant aux forces alliées après avoir été abattu par le lieutenant Czesław Mroczyk du 317th Escadron. Le Feldwebel Paul Mayr et le Leutnant Ernst Von Johannides ont également été abattus par le 317th Escadron. À son tour, le Lieutenant Tadeusz Powierza a été abattu et tué. Un autre pilote allié s'est écrasé après avoir attaqué un avion allemand.

L'officier pilote Andrzej Dromlewicz a été crédité pour abattre un autre avion allemand et le lieutenant Mach a abattu un autre avion allemand après une poursuite au niveau du sol. Un autre FW-190 a été abattu par son ailier, l'Adjudant Stanisław Bednarczyk.

Les pilotes restants des I./JG 1 et II./JG 1 ont commencés leur voyage de retour, dont certains, comme le Fw. Paul Wunderlich, ont été abattus par la flak ennemie. Ils sont également tombés sous les tirs de la flak amie, abattant encore plus de pilotes.

Au total, le JG 1 a réclamé 32 Spitfires, un B-17 et un Stirling au sol. Cependant, les dossiers de la RAF indiquent seulement 13 Spitfires détruits, avec 8 abattus dans le combat aérien. Seulement 4 ont été classés comme perdus dans des engagements aériens avec le JG 1.

Défense du Reich 1945


Après les pertes désastreuses de l'opération Bodenplatte, et en ne conservant pas la supériorité aérienne sur les Ardennes, un II./JG 1 fortement affaibli a été transféré à Insterburg en Prusse orientale (Chernyakhovsk moderne en Russie). Le I./JG 1 a affronté des chasseurs britanniques sur Hengelo-Twente le 14 janvier 1945. Le JG 1 a perdu 12 pilotes dont 7 ont été tués, 3 blessés et 2 disparus. Les Spitfires abattus dans l'ensemble par les 1. et 2. Staffels du JG 1 sur la base de Twente comme ils ont décollé (pour la perte de deux). Ihlefeld menaçait de courtiser le martyr Major G. Capito, le nouveau chef de la Première Guerre Mondiale, pour une perte aussi désastreuse, mais il ne put le faire pendant le transfert sur le Front de l'Est. En Pologne, le JG 1 a été brièvement assigné à la Luftflotte du Reich (la flotte aérienne chargée de défendre ce qui restait de l'Allemagne des dernières offensives alliées).

C'est à cette époque que l'unité a commencée à se convertir sur le nouveau Heinkel He-162A "Volksjäger". Le I./JG 1 a commencé à s'entraîner sur les nouveaux avions à réaction en mars 1945. Environ 12 pilotes ont été tués dans des accidents avec le nouveau chasseur. Le I./JG 1 était de retour à Parchim, exerçant des fonctions de ''Défense du Reich'' et l'une des bases de l'escadron de chasse allemande pionnière du JG 7. Puisqu'il n'était pas loin de Rostock-Marienehe (aujourd'hui Rostock-Schmarl), où se trouvait l'usine de Heinkel, il était plus facile pour les pilotes du I./JG 1 de prendre les nouveaux jets. Cependant, avec l'Allemagne au bord de l'effondrement, le transport et l'approvisionnement en carburant devenaient difficiles avec l'augmentation des attaques aériennes alliées.



Le 7 avril 1945, 134 B-17 forteresses volantes ont bombardé le terrain de Parchim. En deux jours, le I./JG 1 a déménagé sur un aérodrome voisin à Ludwigslust. Ils revinrent une semaine plus tard à Leck. A cette époque, le II./JG 1 avait déménagé sur l'aérodrome de Marienehe et avait également commencé à prendre livraison du He-162. Ces nouveaux avions à réaction ne verraient jamais de combat généralisé avec le JG 1 en raison de leur introduction tardive et de la pénurie de pilotes et carburant. Le GR 1 ne pouvait plus exploiter son effectif complet ni effectuer efficacement des opérations aériennes selon les besoins.

Le nouveau He-162 avait environ 30 minutes de carburant. Cette endurance n'était tout simplement pas suffisante, et au moins deux pilotes du JG 1 ont été tués en atterrissant après avoir épuisé leur carburant. Au mois d'avril, le I./JG 1 avait marqué un certain nombre de victoires, mais au prix de 13 He-162 et 10 pilotes. Les pertes ont été principalement attribuées à des problèmes avec le He-162, tels que des extincteurs de moteurs ou des défaillances structurelles occasionnelles, ce qui est probablement attribuable à une mauvaise conception et à un temps de développement insuffisant. Le 24 avril 1945, le III./JG 1 fut dissout.

Le 19 avril, au moins un He-162 du 3./JG 1 a été victime d'un Hawker Tempest du 222nd Squadron. Le Leutnant Gerhard Steimer a écrit:

''Nous sommes partis de la piste en béton de Leck, Kirchner (Fhj.Fw Günther Kirchner) est resté à 30 mètres derrière moi à ma droite comme d'habitude ... Nous avons grimpé à environ 200 mètres, quand soudainement deux Thunderbolts sont apparus derrière nous et ont instantanément abattu l'avion de Günther Kirchner. Je l'ai vu se catapulter de son jet mais son parachute ne s'est pas déployé. J'ai eu beaucoup de chance que les Thunderbolts n'aient pas poursuivi une autre attaque.''

Le combat correspond à un compte rendu par le lieutenant G. Walkington du 222nd Escadron qui a rapporté avoir abattu un avion allemand de recherche inhabituelle lors d'une reconnaissance armée dans la région. C'était la première perte d'un He-162 dans le combat.

Dissolution


Le 30 avril 1945, le II./JG 1 fut combiné avec le I./JG 1 à Leck pour former deux nouveaux groupes (Gruppen): les I.(Einsatz)/JG 1 et II.(Sammel)/JG 1. Un total combiné d'environ 50 pilotes et avions. Le 4 mai 1945, tous les He-162 survivants du JG 1 ont été formés en groupes d'intervention spéciaux (Einsatzgruppen) consolidés. Cependant, le 5 mai 1945, la guerre s'est terminée et il y avait un cessez-le-feu qui, a fondé efficacement les He-162s. Les survivant du JG 1, les équipes ont collectivement tourné leurs He-162s sur les Alliés.

''Tout au long de la guerre, notre JG 1 a eu la tâche ingrate de défendre le flanc nord-ouest du Reich, qui, jusqu'à ce que les Américains entrent dans la guerre aérienne, méritait peu d'attention.Le Geschwader est venu à l'avant avec le début de la" Défense du Reich ", qui devait être un dur baptême de feu."

Eberhard Burath ancien adjudant du JG 1

Succès et pertes notables


Un des commandants de groupe les plus célèbres (Gruppenkommandeure) du JG 1 était le major Heinz "Pritzl" Bär, avant d'être promu commandant d'escadron du JG 3. Crédité de 220 victoires, Bär était au 8ème rang aérien des ''As'' de tous les temps. D'autres as remarquables étaient l'Oberstleutnant Georg-Peter Eder, l'as de la Luftwaffe le plus marqué contre l'USAAF, qui est devenu un "as sur jet", marquant au moins 12 et probablement 24 victoires dans un Me-262 tout en servant avec le Kommando Nowotny et le JG 7.

La 700ème victoire du Gruppe a eu lieu le 29 avril 1944, crédité à l'Oberlt. Von Kirchmayr comme sa 15ème victoire. Par exemple, Alfred Grislawski avait un score de 134, Georg-Peter Eder avait 78, et Walter Oesau a été crédité de 127 victoires aériennes avant sa mort.

Cependant, les pertes étaient également élevées. Cinq des quatorze commandants de groupe (Gruppenkommandeure) du II./JG 1 ont été tués dans l'action en servant avec le II./JG 1. Les pertes notables étaient l'Oberleutnant Rohwer, et les Hauptmanns Kijewski, Wickop, Seegatz et Dähne. Au début de 1944, avant le jour J, le II./JG 1 était dirigé par un de ses quatre commandants de formation expérimentés. Il s'agissait du Hauptmann Segatz, du major Bär, et des Oberleutnants von Kirchmayr et Eder. Pourtant, l'unité a subi de lourdes pertes (avec la plupart des autres escadrons dans l'Ouest) de 48 pilotes tués, 23 blessés et 158 ​​avions détruits pour 164 victoires confirmées. Parmi ceux-ci, 119 étaient des bombardiers quadrimoteurs de l'USAAF.

De façon significative, les experts hautement expérimentés et irremplaçables ont été parmi les pertes. La perte la plus notable du II./JG 1 était son Kommandeur, l'Hauptmann Seegatz (mort le 8 mars 1944 avec 40 victoires). Le groupe a également perdu sept chefs d'équipe chevronnés (Rottenführer) et les chefs de vol (Schwarmführer).

-Unteroffizier Erich Negraszus (mort le 11 février 1944, 3 victoires),
-Feldwebel Heinz Fuchs (mort le 24 février 1944, 11 victoires),
-Unteroffizier Hans-Joachim Tünger (mort le 3 mars 1944, 4 victoires),
-Feldwebel Heinz Kahl ( mort le 12 mai 1944, 9 victoires),
-Unteroffizier Helmut Stiegler (mort le 12 mai 1944, 6 victoires),
-Unteroffizier Heinrich Weber (mort le 16 mai 1944, 3 victoires),
-Leutnant Gunther Buchholz (mort le 31 mai 1944, 5 victoires).

Lorsque le 8./JG 1 (à l'origine 7./JG 51) a été transféré du front de l'Est, il avait 15 pilotes en mai 1944. En août, douze pilotes avaient été tués, un capturé et un autre gravement blessé. Seul le lieutenant Günther Heckmann était le seul pilote restant.

Les unités de la Luftwaffe se sont engagées à combattre après les atterrissages du jour J ont subi d'autres pertes catastrophiques contre le nombre écrasant de chasseurs alliés présents. Dans les dix semaines d'action suivant le Jour J, le II./JG 1 a perdu 106 avions (41 dans le combat aérien) et 30 pilotes, pour seulement 32 victoires aériennes. Beaucoup expérimentés et irremplaçables Experten ont été tués pendant cette période. L'Hauptmann Karl-Heinz Weber, Gruppenkommandeur du III./JG 1 (136 réclamations) a été tué dans l'action contre l'escadron polonaise de Mustangs le 7 juin 1944, au nord de Paris, alors que le 17 juin 1944, le Leutnant 'Toni' Piffer a été abbattu et tué dans le combat aérien avec les chasseurs de l'USAAF sur La Cordonnerie.

Le 16 juin 1944, alors que le 8./JG 1 se déplaçait du Mans à Essay, la France a été attaquée par les P-51 de la 354th Fighter Wing, près d'Alençon. Dans le dogfight qui a suivi, le 8./JG 1 a perdu trois pilotes et un pilote mécanicien. Ce sont les Uffz. Günther Henschel, Uffz. Franz Zechner et Feldwebel Helmuth Heidemann. Le mécanicien était l'Uffz. Herbert Redlich. Ont également été perdus deux autres avions sans perte de vie.

Les pertes totales de la deuxième guerre mondiale ont été 464 morts en action, 174 blessés, 94 tués dans des accidents et 16 prisonniers de guerre.

Commandants


Commandants de l'escadron (Geschwaderkommodore)


À l'origine le JG 1 a été formé comme un seul groupe I./JG 1 en 1938. Un escadron complet a été formé seulement en novembre 1939. Le premier commandant d' escadron était Schumacher.

-Oberstleutnant Carl-August Schumacher, 30 novembre 1939 - 5 janvier 1942
-Major Erich von Selle, 6 janvier 1942 - 27 août 1942
-Oberstleutnant Erich Mix, août 1942 - 31 mars 1943
-Oberstleutnant Hans Philipp, 1er avril 1943 - 8 octobre 1943
-Major Hermann Graf, octobre 1943 - 10 novembre 1943
-Oberst Walter Oesau, 12 novembre 1943 - 11 mai 1944
-Major Heinz Bär (en exercice), 12 mai 1944 - 20 mai 1944
-Oberst Herbert Ihlefeld, 20 mai 1944 - 8 mai 1945

Commandants de groupe (Gruppenkommandeure)


I./JG 1



Emblème de I./JG1

À l'origine le JG 1 a été formé seulement comme un seul groupe I./JG 1 sous Woldenga. Ce groupe a été ré-désigné comme III./JG 27. Le JG 1 a ainsi cessé temporairement d'exister. Il a été réactivé 7 mois plus tard sous Schumacher en novembre 1939. Mais un I./JG 1 formel est venu à exister en septembre de 1941.

-Major Bernhard Woldenga, 1er mai 1939 - février 1940
-Hauptmann Joachim Schlichting, 13 février 1940 - 5 juillet 1940
-Oberleutnant Erich Mix, septembre 1941 - août 1942
-Oberleutnant Paul Stolte, août 1942 - septembre 1942
-Hauptmann Günther Beise, septembre 1942
-Major Fritz Losigkeit, 1er avril 1943
-Hauptmann Rudolf-Emil Schnoor, 15 mai 1943
-Hauptmann Hans Ehlers, 17 avril 1944
-Hauptmann Georg Hackbarth, 28 décembre 1944 - 1er janvier 1945
-Major Günther Capito, 3 janvier 1945
-Oberleutnant Emil Demuth, 15 janvier 1945 - 12 avril 1945
-Major Werner Zober, 1er mai 1945 - 5 mai 1945

II./JG 1



Emblème de II./JG1

-Hauptmann Hans von Hahn, 15 janvier 1942 - juin 1942
-Oberleutnant Detlev Rohwer, 20 juin 1942 - octobre 1942
-Major Herbert Kijewski, octobre 1942 - 16 avril 1943
-Hauptmann Dietrich Wickop, 17 avril 1943 - 6 mai 1943
-Hauptmann Robert Olejnik, mai 1943 - 28 juin 1943
-Hauptmann Walter Hoeckner, 28 juin 1943 - 31 janvier 1944
-Hauptmann Hermann Segatz, février 1944 - 8 mars 1944
-Major Heinrich Bär, 15 mars 1944 - 12 mai 1944
-Oberleutnant Georg-Peter Eder, 13 mai 1944 - juin 1944
-Oberleutnant Rüdiger Kirchmayr, juin 1944 - juillet 1944
-Hauptmann Hermann Staiger, 1er août 1944 - janvier 1945
-Oberleutnant Fritz Wegner, décembre 1944 - 1er mars 1945
-Hauptmann Paul-Heinrich Dähne, mars 1945 - 24 avril 1945
-Hauptmann Rahe, 1er mai 1945 - 5 mai 1945

III./JG 1



Emblème de III./JG1

En avril 1943, le III./JG 1 a été re-désigné comme I./JG 11. Un nouveau groupe a été ajouté au JG 1 comme III./JG 1 basé sur les escadrons d'Opération d'écoles de Combat.

-Hauptmann Herbert Kijewski, 6 février 1942 - octobre 1942
-Hauptmann Rudolf-Emil Schnoor, octobre 1942 - novembre 1942
-Major Walter Spies, octobre 1942 - 31 mars 1943
-Major Karl-Heinz Leesmann, 1er avril 1943 - 25 juillet 1943
-Hauptmann Robert Olejnik, 26 juillet 1943 - 8 octobre 1943
-Hauptmann Friedrich Eberle, 9 octobre 1943 - 27 avril 1944
-Major Hartmann Grasser, 27 avril 1944 - 31 mai 1944
-Hauptmann Karl-Heinz Weber, 3 juin 1944 - 7 juin 1944
-Hauptmann Alfred Grislawski, 7 juin 1944 - juin 1944
-Hauptmann Erich Woitke, juin 1944 - août 1944
-Oberleutnant Erich Buchholz, juillet 1944 - septembre 1944
-Hauptmann Heinz Knoke, 13 août 1944 - octobre 1944
-Hauptmann Erich Woitke, octobre 1944 - 24 décembre 1944
-Hauptmann Harald Moldenhauer, 25 décembre 1944 - 5 mai 1945

IV./JG 1

Le IV./JG 1 a été ré-désigné comme I./JG 1 en avril 1943. Par la suite, il n'y avait pas de IV/JG 1 ajouté aux JG 1 et JG 1 continué à exister en tant qu'escadron de groupe jusqu'à sa dissolution.

-Hauptmann Günther Scholz, janvier 1942 - mars 1942
-Hauptmann Fritz Losigkeit, mars 1942 - 1er avril 1943

Remarques


Le He-162 était équipé d'un des premiers sièges d'éjection, alimentés par air comprimé, montés sur un avion de combat.
Si le score de l'original I./JG 1 sous Woldenga est ajouté au total du JG 1 est discutable. Il peut faire partie du JG 1 ou JG 27 dans lequel il a été incorporé. La discussion porte sur ce fil.
Par exemple, Adolf Galland est devenu Geschwaderkommodore du JG 26 en août 1940 alors qu'il était encore Major, l'équivalent d'un chef d'escadron de la RAF.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 535
Age : 35
Localisation : Fleury sur Orne
Date d'inscription : 27/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum