Jagdgeschwader 11 (JG 11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jagdgeschwader 11 (JG 11)

Message  Flagada le Jeu 9 Mar - 12:12

Jagdgeschwader 11 (JG 11)




Emblème du Jagdgeschwader 11. Basé sur Arno Breker "The Guardian".

Le Jagdgeschwader 11 (JG 11) était un escadron Allemand de chasse de la Luftwaffe pendant la seconde guerre mondiale. Son rôle principal était la défense de l'Allemagne du Nord contre les raids de bombardement de jour allié. Formé en avril 1943, l'unité a principalement utilisé les Messerschmitt BF-109 et Focke-Wulf FW-190.

L'offensive croissante de bombardier de jour de la 8ème force aérienne des forces aériennes de l'armée de l'air des Etats-Unis (USAAF) a forcé la Luftwaffe à augmenter sa force de chasseurs de jour. Il a contré ces bombardements en augmentant le nombre d'unités de chasse de jour attribuées à la Défense du Reich (en Allemand: Reichsverteidigung). En raison de la rareté des ressources et des pilotes formés, la Luftwaffe a augmenté sa force en scindant le Jagdgeschwader 1 pour former le Jagdgeschwader 11 (JG 11). Le JG 11 a été initialement basé le long de la côte nord de l'Allemagne, protégeant le flanc nord de l'Europe occupée. Au cours de l'été 1943, au moment où les bombardiers sans escorte pénétraient plus profondément en Allemagne, le JG 11 a vu une action intensive, les JG 1 et JG 11 avaient environ 40 pour cent des 1200 victoires soumises par les escadrons de chasse du Front occidental pendant cette période.

Le JG 11 a testé de nouvelles tactiques telles que le lancé de bombes de 250kg au-dessus des formations de bombardiers ou en utilisant des Werfer-Granate 21 non guidé, un genre de lance-roquettes. Au printemps 1944, l'introduction du P-51 Mustang a rendu le travail des unités comme le JG 11 très difficile car il a dû combattre les escortes pour atteindre les bombardiers. Plusieurs mesures ont été introduites pour contrer l'offensive de bombardiers tels que l'introduction de l'avion de haute altitude BF-109G avec un cockpit pressurisé.

En janvier 1945, la Luftwaffe a fait une contre-attaque pour endiguer les offensives alliées avec l'opération Bodenplatte. Le JG 11 a ciblé les bases de l'USAAF à Asch appelées Y-29 et Ophoven. Ce qui suivit est devenu connu sous le nom de "Légende de la Y-29". Le JG 11 a perdu son commandant et plusieurs commandants de groupe avec de nombreux pilotes. Au milieu de 1945, le JG 11 déménagea en Pologne, mais se retira plus tard sur le front occidental et se rendit aux forces Britanniques au début de mai 1945.


Histoire de la formation


Sous la menace croissante des bombardiers lourds alliés, la Luftwaffe a décidé d'augmenter sa force de chasse en créant un nouveau escadron en scindant le Jagdgeschwader 1 (JG 1). Le 31 mars 1943, le JG 1 comportait quatre groupes de composantes : I., II, III. Et IV./JG 1. Le III./JG 1, situé à Husum, a été désigné comme I./JG 11 tandis que le I./JG 1 sous Günther Beise, situé à Jever est devenu II./JG 11. Un nouveau III./JG 11 a été créé par l'Hauptmann Ernst-Günther Heinze à Neumünster, équipé du Messerschmitt BF-109G-6. Un Stab a été formé à Jever. Un ancien commandant de groupe du II./JG 77, le Major Anton Mader a été nommé pour commander la nouvelle unité.

La nouvelle unité était responsable de la défense du jour de l'Allemagne, du sud de la Norvège et de l'ouest du Danemark. C'était auparavant la partie orientale de la zone de responsabilité du JG 1. Le JG 11 a rapporté au commandant de chasse dans la 2ème division de chasseur (en Allemand: 2. Jagd-Division). Vers le milieu de 1943, le JG 11 est entré sous le contrôle du centre de commande de la Luftwaffe (en Allemand: Luftwaffenbefehlshaber Mitte) (Lw Bfh), qui a formé plus tard la flotte aérienne en Allemagne (allemand: Luftflotte Reich).

Fin juin 1943, l'Hauptmann Günther Specht remplace le major Adolf Dickfeld comme commandant du II./JG 11. Un perfectionniste et l'un des commandants de groupe les plus compétents, Specht a mené presque toutes les missions après avoir pris le commandement. Dans quelques mois le II./JG 11 est devenu l'un des plus efficaces unités de chasse de jour.

À la mi-novembre 1943, Mader eut un échec public avec le général Maxjib Ibel de la 2. Jagd-Division et fut envoyé au front de l'Est pour commander le Jagdgeschwader 54. Il fut remplacé par l'Oberstleutnant Hermann Graf, premier pilote à réclamer 200 victoires.

Le 1./JG 11 a été transféré à Salzwedel et le 2./JG 11 à Lüneburg en avril 1944 y demeurant jusqu'en juin 1944, tandis que Specht a été transféré au Geschwaderstab JG 11 en qualité de Kommodore d'entrainement. Il a été remplacé par le Major Günther Rall du JG 52 comme Gruppenkommandeur du II./JG 11, situé à Eschborn étant reconstruit. Le III / JG 11 a été envoyé à Minsk en prévision de l'offensive Soviétique imminente, mais son séjour de dix semaines a peu contribué à l'issue de la bataille terrestre.

Jasta Helgoland


En 1941, deux pistes courtes ont été construites sur les dunes de sable voisines sur Heligoland, une île au milieu de la anse Allemande. Une escadrille de chasse (en Allemand: Staffel) a été établie le 7 avril 1943 sous le Lieutenant (en Allemand: Oberleutnant) Hermann Hintzen, équipé du Bf-109T Toni. C'était la seule variante de BF-109 capable de décoller de ces pistes courtes en raison de sa portée d'aile plus longue. La Staffel a rapportée au Jagdfliegerführer Deutsche Bucht. À la mi-avril 1943, la Staffel était subordonnée à la 2. Jagd-Division. Cette Staffel a travaillée dans une grande mesure avec les unités du JG 11. Le 30 novembre 1943, il a été fusionné avec le JG 11 pour augmenter la force opérationnelle du JG 11.

Aéronefs du JG 11


Le JG 11 était initialement équipé du FW-190 A-4 et du BF-109G-1. Il a également utilisé le FW-190A-6/R1, qui a porté six canons MG 151 de 20 mm. Vers la fin de 1943, le III / JG 11 commença à se convertir sur Focke-Wulf FW-190. Le JG 11 utilisait une combinaison de BF-109 et FW-190, le BF-109 pour attaquer des chasseurs et le FW-190 pour attaquer des bombardiers.

En mars 1943, le II./JG 11 a commencé à remplacer le BF-109G-1 par le BF-109G-6. Le G-6 avait l'option de deux canons de 20 millimètres dans les gondoles sous-jacentes qui l'ont rendu plus utile dans la destruction des bombardiers américains.

Le 26 juin 1943, une unité de Wilde Sau fut établie pour vérifier les théories de combat de nuit du major Hajo Herrmann. Équipé du BF-109 à Bonn-Hangelar, l'unité a été agrandie en I./JG 300 et JG 300 Geschwaderstab. Avec un nombre insuffisant d'avions BF-109 pour équiper la formation, ils ont ''emprunté'' des avions du II./JG 11 (à Rheine) et du III./JG 11 (à Oldenburg). L'utilisation d'un aéronef de jour et aussi de nuit, l'usure supplémentaire de leurs aéronefs et les faibles taux de maintenance rendent l'arrangement très impopulaire avec le personnel d'entretien du JG 11.


Emblèmes des unités et schémas de couleurs


En Janvier 1944, le JG 11 a été localisé à Dortmund à côté d'un groupe Allemand: le Gruppe de JG 1. Afin de le rendre plus facile à regrouper après une identification de l'engagement et de l'unité d'aide, les I./JG 1 et JG 11 ont suivi la nouvelle politique de la Luftwaffe et ont peint leur avion avec la Défense spéciale du Reich, les bandes de fuselage arrière. Le I./JG 1 utilisait une bande rouge et le JG 11 utilisait une bande jaune.

La troisième Staffel du JG 11 (3./JG 11) a été formée à partir du 9./JG 1 et a perpétuée le logo distinctif de cette unité d'un pistolet à fusil sur un coeur rouge entouré par les mots allemands,  "Wer zuerst schiesst hat mehr vom Leben"  , qui se traduit par ''Qui tire d'abord obtient plus de la vie''.

Défense du Reich 1943


Avril - juin 1943


Le JG 11 a vu l'action immédiatement après sa formation, avec l'un des premiers grands raids de jour le 17 avril 1943. 115 avions de quatre groupes de bombardiers B-17 ont attaqués l'usine de Focke-Wulf à l'extérieur de Brême. Ils ont d'abord été interceptés par le II./JG 11, accompagné du Jasta Helgoland. Un total de 16 bombardiers ont été réclamés, le II./JG 11 a été crédité de 7 et le Jasta Heligoland en a crédité un. Le nouveau chef du II./JG 11, le Major Adolf Dickfeld a réclamé le premier B-17. L'Oberleutnant Heinz Knoke (menant le 5./JG 11) a abattu un B-17 après avoir largué sa bombe au-dessus de la formation. Les bombardiers abattus comprenaient six du 401st Escadron de Bombardiers (91 BG). Quatre avions du II./JG 11 ont été endommagés lors de leur atterrissage, car ils ont épuisés leur carburant. Un avion de la Jasta Helgoland a été abattu au nord de Norderney, mais le pilote a sauté. Lors d'un autre raid, les bombardiers légers de la Royal Air Force (RAF) numéro 2 ont bombardés Abbeville. Avec les escortes engagées par d'autres unités, les I. et II./JG 11 ont attaqués les bombardiers avant leur cible. L'unité de Knoke portait des bombes, mais toutes les bombes manquaient. Les deux Gruppen ont mené des attaques frontales pendant presque une heure avec cinq revendications classées sans perte. Trois BF-109 du II./JG 11 ont manqué de carburant et ont dû faire des atterrissages sur Frisians

Le 14 mai 1943, plusieurs groupes de bombardiers lourds ont effectué plusieurs missions dans les Pays-Bas. Cent B-17 et B-24 ont bombardés la base de U-Boat de Kiel sur la mer Baltique. Le II./JG 11, de nouveau avec le Jasta Helgoland ont interceptés, maintenant utilisant la nouvelle variante du BF-109G-6 avec des pods de canons de 20 millimètres. L'unité de Knoke a toujours essayé de bombarder au-dessus de la formation et a essayé de placer l'unité entière au-dessus de la formation. Mais lorsque les principaux bombardiers sont arrivés sur les chantiers navals de Germania situés sur le bassin intérieur du côté est du port, Knoke a renoncé à essayer et a ordonné à des pilotes individuels de déposer leurs bombes sur les bombardiers et d'attaquer la tête d'un groupe de bombardiers légèrement séparés de la formation principale. Un B-17 (42-30003) du 92nd BG a été frappé et selon Knoke, "la Forteresse s'est élevée comme un animal frappé, avant de tomber dans les spirales escarpées vers la droite". D'autres équipages de bombardiers l'ont décrit "tournant et descendant sous contrôle avec un moteur dehors et un stabilisateur manquant". Il est descendu près de Husum mais l'équipage de 10 a survécu. C'était la cinquième revendication de Knoke en moins de trois mois, ce qui en fait le premier BF-109 de la campagne de la ''Défense du Reich''. Deux autres B-17 ont été abattus, dont un a été crédité au Staffelkapitän du 6./JG 11, l'Hauptmann Egon Falkensamer. A la suite de cette interception, le JG 11, accompagné de BF-110s du NJG 3, a été intercepté et deux pilotes du I./JG 11 ont revendiqués un bombardier chacun. Un groupe de 17 B-24D (44th BG) a été intercepté par les II./JG 11 et III./JG 54, et a réclamé sept des B-24 (un crédité à Specht) pour la perte de cinq chasseurs. Cinq réclamations ont été confirmées avec 12 bombardiers endommagés.

24 heures plus tard, neuf groupes de B-24 ont attaqués les ports de la mer du Nord de Wilhelmshaven et d'Emden. La formation attaquant Wilhelmshaven a dû abandonner en raison de la faible visibilité au-dessus de la cible, elle a plutôt attaqué des cibles secondaires, Heligoland Düne, la base de Jasta Heligoland et Wangerooge. Ils ont été interceptés par les II./JG 1 et III./JG 54. Le II./JG 11 a été crédité de quatre bombardiers abattus. Tous une victoire, Dickfeld, Specht, Knoke et l'Unteroffizier Helmut Lennartz. Lennartz a réclamé son B-24 en laissant tomber une bombe au-dessus de la formation.

La mission du 11 juin 1943 était la plus importante à ce jour, avec 250 B-17. Les II./JG 1 et III./JG 1 ont interceptés une formation qui approchait de Wilhelmshaven, ce qui a donné lieu à dix revendications pour le II./JG 11, dont une pour Specht et Knoke. Deux jours plus tard, 60 B-17 du 95th BG ont attaqué Kiel. Le II./JG 11 accompagné du Jasta Helgoland ont interceptés, mais un seul a été réclamé par l'Unteroffizier Ewald Herhold à l'ouest de Neumünster, Herhold étant blessé au genou en faisant deux passes sur les bombardiers et a sauté. Un autre pilote du Jasta Helgoland s'est écrasé à Föhr. Un deuxième ''probable'' B-17 a été revendiqué par le Leutnant Kilian du 5./JG 11. 6 autres bombardiers ont été descendus sur Kiel.

Pendant le raid du 25 juin 1943, la couverture nuageuse a obscurci les cibles primaires et secondaires, de sorte que les B-17 ont bombardés deux convois hors des îles Frisonnes. Les II et III / JG 11 ont interceptés, ainsi que six autres Gruppen, et revendiqués six bombardiers. Specht et Knoke ont réclamés un chacun mais Knoke a été blessé à la main.

Opération Gomorrhe / Blitz Week


Pendant la période du 24 au 30 juillet, la RAF et l'USAAF ont lancés une série combinée d'attaques contre des cibles Allemandes appelées ''Blitz Week''. Il s'agissait d'une offensive de six jours sur les cibles à l'intérieur de l'Allemagne. La météo le 25 juillet n'était pas favorable, alors deux des formations bombardées attaquaient des cibles secondaires, tandis qu'un tiers abandonnait leur mission. Le II./JG 11 avec le Jasta Helgoland ont interceptés et ont réclamés six détruits, avec quatre pilotes blessés. Les cibles du lendemain incluaient les usines de caoutchouc de Continental à Nordhafen et Hanovre et les U-Boat de Hamburg. Au total, 15 bombardiers ont été abattus, dont Specht et le Staffelkapitän Hugo Frey du 7./JG 11.

Le 28 juillet 1943, 15 bombardiers du VIII BC ont ciblé les usines de Fieseler à Kassel et l'usine AGO à Oschersleben. Utilisées pour la sous-traitance des chasseurs Focke-Wulf FW-190. Le II./JG 11 a intercepté et, après un engagement de 20 minutes, a réclamé 12 bombardiers. Parmi ceux-ci figuraient Specht et le Staffelkapitän Oberleutnant Gerhard Sommer du 4./JG 11. Knoke de la 5. Staffel a effectué des bombardements aériens et réclamé sept bombardiers. L'Unteroffizier Wilhelm "Jonny" Fest a frappé un B-17F du 385th BG (42-30257). Il est entré en collision avec deux autres bombardiers, Betty Boom (42-3316) et Roundtrip Ticket (42-30285) et tous les trois sont descendus à l'ouest de Sylt. Les enregistrements alliés ont attribués la perte du 42-30257 par un tir de flak et d'autres sources disent que le bombardier a été attaqué par des roquettes de l'Erprobungskommando 25 attaché au I./JG 1 à l'époque. Le III./JG 11 a réclamé deux autres bombardiers au-dessus de Hanovre, tandis que le II./JG 1 faisait le plein de carburant, le Jasta Helgoland a réclamé trois autres sur le voyage de retour du bombardier.

Le lendemain, la huitième armée de l'air a visé les parcs de U-Boat de Kiel et l'usine de Heinkel à Warnemünde. Les éléments du JG 11 avec le JG 1 ont utilisés des Werfer-Granate 21 (Wfr. Gr. ou WGr) pour la première fois. Les équipes de bombardiers américains les ont baptisés ''baseball flamboyants''. Ces roquettes, qui contenaient 40,8 kg d'explosifs, pouvaient être lancées bien en dehors de la portée du feu défensif du bombardier et étaient destinées à briser les formations de bombardiers. Les lanceurs ont néanmoins réduit sérieusement la performance des chasseurs, ce qui en fait une proie facile pour toute escorte de chasseur allié. Les II. et III./JG 11 ont engagé les bombardiers sur leur route de retour près d'Heligoland, le JG 11 revendiquant huit B-17 détruits (III / JG 11 a été crédité de trois avions). Un pilote de l'équipe du III / JG 11 a été blessé.

Le dernier jour de la Semaine du Blitz (30 Juillet) le VIII Bomber Command ciblait les usines de Fieseler à Kassel. Les III / JG 11 et III / JG 1 n'ont pas été utilisés avant l'arrivée des bombardiers en Allemagne sur l'Eifel. Au moment où ils étaient en l'air, les bombardiers étaient près d'Emmerich am Rhein avant d'être interceptés. Les BF-109 ont été surpris par une centaine de P-47 Thunderbolts d'escortes, nouvellement équipés de réservoirs largables. Le III./JG 11 a abattu deux bombardiers dans le premier combat majeur de la Défense du Reich. Il a perdu quatre avions, avec un pilote blessé et un mort. À la fin de la semaine du Blitz, le JG 11 avait réclamé environ 49 bombardiers pour six pilotes blessés et un tué.



Chargement d'une roquette WGr 21 sous l'aile d'un FW-190

Août - Décembre 1943


Le VIII BC n'avait qu'une mission en Septembre 1943, le bombardement d'Emden le 27 Septembre. Il a vu l'introduction du radar H2S sur quatre des bombardiers et l'introduction de plus grands réservoirs largables de 108 gallons sur les P-47. Le II./JG 11 a intercepté les bombardiers du sud et le 5/JG 11 de Knoke a tiré des roquettes BR 21, abattant deux bombardiers. Malgré l'escorte, le II./JG 11 a réclamé six autres bombardiers abattus et 2 escorteurs P-47 mais a perdu dix pilotes, avec quatre blessés.

Les bombardiers sont retournés à Emden le 2 octobre 1943 escortés par les P-47. Le III./JG 11, sous le nouveau chef Anton Hackl, a intercepté avec le II./JG 3. Hackl a été crédité de deux bombardiers (Augmentant son score à 127), un autre bombardier a été crédité à un autre pilote. Deux jours plus tard, des bombardiers ont visé Francfort et la Sarre avec deux groupes séparés de B-24 divisant la l'escorte de chasse. Les groupes ont réussi un balayage de diversion à travers la mer du Nord, perturbant la défense de la Luftwaffe. Specht a mené les II., III./JG 11 et Jasta Heligoland dans l'attaque, et le I./JG 11 a réclamé cinq B-24 pour le gruppenkommandeur Erwin Clausen tué, alors que le II./JG 11 a réclamé six B-24 (Specht et Knoke crédités d'un chacun) et le Staffelkapitän du Jasta Helgoland, l'Oberleutnant Hans-Heinrich Koenig a crédité avec un. Le Feldwebel Hans-Gerd Wennekers du 5./JG 11 a réclamé deux avec des canons MK 108 de 30 mm. Son attaque contre le B-24 l'a fait entrer en collision avec le bombardier ci-dessus, en prenant les deux vers le bas. Les enregistrements alliés indiquent que quatre B-24 ont été abattus dans l'action, malgré que le JG 11  en revendique 11. Après avoir retourné sur l'aérodrome de Marx, Specht s'est plaint amèrement au Haut commandement au sujet de l'armement inadéquat du BF-109 qui a permis souvent des bombardiers endommagés de revenir à leurs bases.

Six jours plus tard, les bombardiers sont retournés à Bremen et à Vegesack (U-Boat). Les II. et III./JG 11 ont interceptés et le III./JG 11 a réclamé 11 bombardiers. Le Gruppenkommandeure Specht, Hackl et Olejnik Knoke et Wennekers ont tous réclamés chacun un et Siegfried Zick a réclamé un bombardier au sud de Quakenbrück. Le lendemain, il y avait une autre attaque sur Kiel par des B-17s avec des B-17F (42-5407) "Fightin Pappy" probablement abattu par Frey. Le General der Jagdflieger Adolf Galland a volé sur un FW-190 pendant les combats de la journée et a été témoin de certaines des attaques sur les îles de la Frise. ''Degoûté'', il a vu les chasseurs équipés de de fusée de 21 cm les lancer trop loin. Il a également noté que les attaques étaient désorganisées. Galland a attendu que les chasseurs retournent à la base avant de faire sa propre interception, réclamant un B-17 sur sa deuxième passe, bien qu'il n'a pas rapporté la victoire depuis qu'il n'a pas été officiellement autorisé à voler dans le combat.

Défense du Reich 1944


Le JG 11 a été transféré au II. Fliegerkorps pour les opérations sur la France peu après l'invasion alliée du 6 juin 1944. Etant donné la supériorité écrasante des écrans de combat alliés sur les têtes de plage, les unités de la Luftwaffe ont souffert lourdement, le JG 11 n'étant pas une exception.

En août 1944, chaque Gruppe du JG 11 a été porté à quatre Staffeln, avec un nouveau 4./JG 11 formé du 10. et du 11./JG 11. L'ancien 4./JG 11 est devenu le nouveau 8./JG 11 Staffel. Le vieu 7./JG 11 devient 10./JG 11 et un nouveau 7./JG 11 a été formé à partir de zéro.

Le 17 décembre 1944, le JG 11 a été fortement engagés par les P-47 sur Munstereifel et plus tard par des P-38 Lightning. Quatre pilotes Allemands ont été blessés avec l'Unteroffizier Liebeck avec succès. L'Unteroffizier Heyer, volant sur le ''Black 1'' a abattu un P-38 avant d'être gravement blessé et sauvé.

En décembre 1944, le JG 11 était fréquemment jumelée avec les Fw-190 ''Sturm'' du IV./JG 4 pour attaquer des formations de bombardiers lourds sur la Moselle. Les deux autres Gruppen du JG 11 ont opéré sous le contrôle administratif du JG 2 engageant les chasseurs des huitième et neuvième forces aériennes.

Le 23 décembre, les JG 11 et JG 4 ont intercepté des bombardiers Américains près de la région de Trèves. Le JG 11 a réclamé 28 B-26 et plusieurs escortes tandis que 12 FW-190s et un P-51 sont descendus. Le major Arthur F. Jeffrey du 479 FG a été crédité de trois victoires. Fähnrich Kaluza et l'Oberleutnant Georg Ulrici du I./JG 11 n'ont pas réussi à revenir des opérations sur Daun et Cochem tandis que l'Unteroffizier Ehrke et Gefreiter ont été tués près de Gillenfeld. L'Oberfähnrich Hans-Joachim Wesener a été abattu au sud de Kaisersesch. Les pertes du JG 11 comprenaient 12 pilotes tués, 4 disparus et 11 blessés.

Plus tard, le même jour, le JG 11 se mit à intercepter quelque soixante-dix B-26 des groupes de bombardement 387 et 394 qui se dirigeaient vers les aires de Marshalling à Mayen. Au-dessus de Prüm et de St. Vith ils ont couru dans l'escorte de chasseur et plusieurs des pilotes du JG 11 ont été tués, y compris le commandant Erich Putzka, du Gruppenstab et l'Oberfeldwebel Hollande, chassé par trente P-47. L'Oberfeldwebel Titscher a été abattu par un Spitfire sur Cologne. Deux autres ont été blessés sur Munstereifel.

Le lendemain, des B-17 Flying Fortress Américains ont visé les aérodromes des JG 4 et JG 11. Comme le JG 11 a essayé de protéger ses aérodromes, ils ont perdu 4 pilotes, l'Unteroffizier Stöhr tué sur Gross-Ostheim, Feldwebel Horlacher sur Gross-Karben et Leutnant Richter et Feldwebel Schulirsch ne sont pas revenus de la Moselle près de Trèves.

Le 25 décembre, il y avait plus de pertes. Le Lieutenant Sherk du 402nd Escadron de la RCAF a intercepté un seul FW-190A-8 au sud-est de Düren, qu'il a abattu. C'est peut-être le cas de l' Unteroffizier Wolfgang Rosenow, qui n'avait pas réussi à revenir d'une mission à Euskirchen. Le III / JG 11 a également perdu quatre pilotes près de Bonn et de Cologne. Le I./JG 11 a affronté plus de chasseurs sur l'Eifel, et l'Unteroffiziere Holzinger et Weismüller étaient perdus.

Défense du Reich 1945


Opération Bodenplatte


Le Jour de l'An 1945, la Luftwaffe a lancé l'opération Bodenplatte, une attaque massive de chasseurs à basse altitude dirigée contre les aérodromes alliés en France, en Belgique et aux Pays-Bas pour soutenir l'offensive Allemande dans les Ardennes. Les éléments du JG 11 ont été attribués sur la base aérienne de l'USAAF codée Y-29 à Asch où le 366th groupe de chasseur (366th FG, neuvième Air Force) et le 352nd Fighter Group (352 FG, Huitième Air Force) étaient basés. Des Spitfire étaient également visés à Ophoven, des 41, 130, 350 et 610th de la 2nd Escadre tactique.

À 8h00, les trois Gruppen du JG 11 ont décollés de Darmstadt-Griesheim, Gross-Ostheim, et Zellhausen mené par Specht. Environ 65 FW-190 et BF-109s se sont formés au-dessus d'Aschaffenburg à 8h30 du matin, avec deux Junkers Ju-188 en éclaireur. Avec le secret entourant la mission, très peu étaient conscients de leurs objectifs. À une hauteur de 400 pieds ils ont passés au-dessus de Coblence.

Il a rejoint son groupe la veille à Göttingen, il a fait un atterrissage forcé le 23 décembre en raison de problèmes moteur, et a été mis à Terre. Il ne s'attendait pas à participer à cette opération, mais a dû voler avec un tout nouveau Fw-190A-8 comme ailier pour l'Oberleutnant Grosser, Staffelkapitän du 11./JG 11. Un P-47 solitaire a tiré sur lui, mais il prit feu par deux tirs de flak, Fielder a été blessé à la tête et a été forcé d'atterrir et fut prisonnier de guerre. L'Unteroffizier Ernst Noreisch a été abattu et tué.


Légende de la Y-29


À 8h42, le capitaine Eber E. Simpson dirigeait le 391st escadron en mission pour bombarder des chars allemands près de St. Vith. Ils ont courus vers deux BF-109s au sud de Malmedy avec les Lieutenants John F. Bathurst et Donald G. Holt en revendiquant chacun un.

À 9h10, le lieutenant-colonel John C. Meyer du 487th Escadron de chasse (352 FG) se préparait au décollage sur son P-51 ''Petie III'' avec 11 autres. Alors qu'il s'éloignait, il remarqua des tirs sur Ophoven et un FW-190 qui se dirigeait directement vers lui, piloté par le Gefreiter Böhm qui tentait de bombarder un C-47 Skytrain. Meyer n'avait pas rétracté son train d'atterrissage lorsqu'il a tiré sur le FW-190 qui a roulé et explosé à côté du C-47. Malgré l'attaque, d'autres P-51 ont pu décoller et le JG 11 a perdu huit pilotes. L'Obergefreiter Karlheinz Sistenich, Feldwebel Harald Scharz, Feldwebel Herbert Kraschinski, Oberleutnant August Engel sont tous morts, tandis que Feldwebel Karl Miller a été gravement brûlé après l'atterrissage forcé. Il y a eu une victime parmi les équipages alliés à Terre. Les équipages des flak des États-Unis ont été retenus par peur de frapper un avion amical et les pilotes alliés ont été prudents de tirer à basse altitude des 109s pour éviter de bombarder la base. Les équipages de Flak ont ​​frappé un P-51 poursuivant qui a dû atterrir endommagé.

À 9h15, huit P-47 du 366th FG des vols "Rouge" et "Jaune" se préparaient à une reconnaissance armée sur les Ardennes. Le vol «rouge» était composé du capitaine Lowell B. Smith avec les lieutenants John Kennedy, Melvin R. Paisley et l'officier de vol Dave Johnson. Le vol "jaune" comprenait les lieutenants John Feeny, Robert V. Brulle, Currie Davis et Joe Lackey. Kennedy a remarqué des explosions de flak au nord-est, et Red Flight a découvert le JG 11 straffé la base à Ophoven avec 50 chasseurs du JG 11 de retour vers leur propre base. Les pilotes Allemands n'ont pas remarqué les P-47.

Le lieutenant Paisley a frappé un BF-109 à l'aide d'une roquette et en a détruit deux autres en tirant. Smith et Brulle ont tous les deux tiré sur un, Brulle endommageant un autre avant de manquer de munitions. Feeny et Lackey ont également abattu des avions du JG 11. Six pilotes du 352nd FG ont remporté de nombreuses victoires. Le capitaine William T. Whiz Whisner et le lieutenant Sanford K. Moats ont réclamé chacun quatre, le capitaine Henry M. Stewart II et le lieutenant Alden P. Rigby en réclamant chacun trois. Meyer et le Lieutenant Ray Littge ont réclamé deux coups tandis que le lieutenant Walker G. Diamond et le lieutenant Alex F. Sears de l'ailier de Whisner ont réclamé chacun un.

La bataille aérienne d'Asch, plus tard connue sous le nom de «Légende de la Y-29», a été un désastre pour le JG 11. Les chasseurs Américains ont réclamé 30 chasseurs Allemands tandis que le JG 11 a perdu 28 avions (de 65). 25 pilotes ont été tués. Le 5./JG 11 était la seule unité qui est revenue indemne, bien que tous les avions aient été endommagés. Le III / JG 11 a perdu six pilotes dont le major Vowinkel. Environ 40 pour cent des pilotes du JG 11 sont morts dans l'opération. À Asch quatre P-51 ont été abattus dans l'attaque mais les pilotes ont survécu. Un P-47 et un P-51 ont été tirés au sol.

Autres Engagements Alliés


Au-dessus de l'aérodrome d'Ophoven, un Spitfire du 610th Escadron piloté par le lieutenant d'aviation australien A.F.O. "Tony" Gaze a décollé, mais a été abattu par un P-51 chassant le JG 11. Il a toutefois abattu un FW-190.

À Ophoven, le JG 11 a réussi à tirer sur plusieurs Spitfires de la 125th Escadre RAF avec sept chasseurs de l'Escadron 350 RAF détruits ainsi que plusieurs Dakotas C-47. Les immeubles ont également été mitraillés. Bien que les équipages de flak aient réclamé de huit à dix avions abattus, plusieurs revendications ont été dupliquées par des pilotes alliés et des équipages de flak, le total des réclamations étant de 42. Le III./JG 11 a bombardé pendant 45 minutes en prenant de lourdes pertes. L'Unteroffizier Kurt Nüssle, l'Unteroffizier Hermann Barion et le Feldwebel Peter Reschke ont tous été abattus et tués, avec l'Oberfeldwebel Franz Meindl énuméré comme disparu.

Parmi les pilotes tués figurent également le major Specht. Specht a reçu les Feuilles de Chêne à sa Croix de Chevalier après sa mort. L'ailier Johnson de Paisley a réclamé deux chasseurs Allemands abattus mais son avion a été fortement endommagé par le feu de retour. Il a atterri dans un champ près d'Asch. Un Bf-109 avait atterri sur le ventre non loin du champ et il est allé l'inspecter sur un vélo emprunté. Le BF-109 était toujours intact mais le pilote était mort. Johnson a affirmé que la carte d'identité du pilote le nommait lieutenant-colonel (allemand: Oberstleutnant) Specht. La réclamation a été démentie par des disques Allemands indiquant que Specht a volé un FW-190 WkNr. 205033, et qu'il était major. Pour Johnson, la victime réelle ce jour-là était l'Oberleutnant August Engel. Le Hauptmann Horst-Günther von Fassong, commandant du III / JG 11, est également porté disparu près d'Opglabbeek abattu par les P-47.

Défense du Reich janvier-mai 1945


Le JG 11 gravement affaibli a affronté des Hawker Tempests des 3th et 486th Squadrons le 14 janvier 1945. Avec les chasseurs alliés essayant de garder les chasseurs Allemands loin de la région de la Sarre, d'autres Geschwader ont rejoint le JG 11 et le JG 11 a perdu deux pilotes dans l'engagement. Le JG 11 a finalement été ordonné de se déplacer vers le Front de l'Est en Pologne le 23 Janvier 1945.

Dissolution


Le successeur de Specht en tant que JG 11 Kommodore était Jürgen Harder, autrefois Gruppenkommandeur du I./JG 53. Il est mort le 17 février 1945 près de Berlin, s'écrasant à cause d'une panne d'oxygène. Le 24 avril 1945 un pilote a été tué dans la bataille avec des Spitfires, P-51s et Yaks sur Tempelhof en Allemagne.

La tâche du retrait à l'Ouest et la reddition est venue au sixième et dernier Geschwaderkommodore Anton Hackl, qui a rendu l'unité aux forces Britanniques au début mai 1945.

Tactiques d'interception de bombardiers du JG 11


Le JG 11 a été formé en 1943 quand les bombardiers de la huitième armée de l'air ont commencé à étendre leurs opérations de bombardement. Les pilotes du JG 11 ont évités le combat jusqu'à ce que les escortes aient été obligés de rompre.

Afin de combattre la puissance de feu massive des bombardiers, le personnel du JG 11 a testé la viabilité de bombarder les formations d'en haut avec des bombes de 250 kg, une pratique lancée par l'Oberleutnant Heinz Knoke en mars 1943. Le 28 juillet 1943, l'Unteroffizier Fest du 5. / JG 11 a réclamé trois B-17 avec une seule bombe. Toutefois, la perte de performance par des lancées de bombes en BF-109, ainsi que leur vulnérabilité à l'escorte des chasseurs, a bientôt réduit la pratique. Le 5./JG 11 étaient à la pointe des développements tactiques pour intercepter efficacement les formations de bombardiers de jour. La tactique la plus efficace était l'attaque frontale de masse, tandis que d'autres méthodes testées étaient l'utilisation de fusées sous les ailes, les Werfer-Granate (Wfr. Gr. Ou WGr) 21. Celle-ci étaient inexactes mais ont été utilisées principalement pour casser les formations de bombardier.


Succès et pertes notables


Plusieurs As Experten ''Bomber-killer'' étaient parmi les vétérans du II./JG 11. Le Hauptmann Gerhard Sommer du 4./JG 11 a réclamé 10 bombardiers lourds et l'Oberleutnant Heinz Knoke du 5./JG 11 a remporté 12 victoires à la fin de 1943. Le 5/JG 11 de Knoke a réclamé autant de bombardiers lourds que les deux autres Staffeln mis ensemble . Cela a incité le 5/JG 11 à se considérer comme des experts sur bombardiers lourds (en Allemand: Viermot Experten).

Comme ses unités semblables engagées dans la défense du Reich, le JG 11 a subi de lourdes pertes tant dans les pilotes que dans les avions. Beaucoup des pilotes tués étaient expérimentés et irremplaçables. Le Hauptmann Hugo Frey (32 réclamations, dont 26 bombardiers lourds, tué le 8 mars 1944), le Hauptmann Gerhardt Sommer (20 réclamations, 15 bombardiers lourds, tué le 12 mai 1944) et le Feldwebel Wilhelm Fest (15 réclamations, 8 victoires confirmées mai 1944) Trois des meilleurs as du JG 11 sont tombés.

En avril 1944, le Staffelkapitän du 10./JG 51, le Leutnant Horst-Günther Von Fassong, a été transféré commandant du 7./JG 11. Il a été crédité de 62 victoires sur le Front de l'Est à l'époque. Il a ajouté plusieurs B-17 dans le mois suivant avant sa promotion au Gruppenkommandeur du III / JG 11. Von Fassong est mort le 1 janvier 1945 pendant l'Opération Bodenplatte, et son avion s'est crashé après l'attaque de deux P-47 Thunderbolts. Un autre accident majeur de l'opération Bodenplatte était le Geschwaderkommodore Specht.

Le 9 Juillet 1944, Hackl était le 78ème récipiendaire de la Croix de chevalier de la Croix de fer avec Feuilles de Chêne et Épées (en Allemand: Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes mit Eichenlaub et Schwertern), après sa 150ème victoire.

Commandants


Geschwaderkommodore


La liste ci-dessous fournit ses Geschwaderkommodores jusqu'à sa dissolution.

Major Anton Mader, 1er avril 1943
Oberstleutnant Hermann Graf, le 11 novembre 1943
Major Anton Hackl (acteur), avril 1944
Major Herbert Ihlefeld, 1er mai 1944
Major Günther Specht, 15 mai 1944
Major Jürgen Harder, janvier 1945
Major Anton Hackl, 20 février 1945

Gruppenkommandeure


I./JG 11

Major Walter Spies, 1er avril 1943
Hauptmann Erwin Clausen, 20 juin 1943
Hauptmann Erich Woitke (en qualité d'agent), le 4 octobre 1943
Hauptmann Rolf Hermichen, 16 octobre 1943
Oberleutnant Hans-Heinrich Koenig, mai 1944
Oberleutnant Fritz Engau (interprétation), 24 mai 1944
Hauptmann Siegfried Simsch, 1er juin 1944
Oberleutnant Fritz Engau (intérim), 8 juin 1944
Hauptmann Werner Langemann, 24 juin 1944
Oberleutnant Hans Schrangl (en qualité d'acteur), le 15 juillet 1944
Hauptmann Walter Matoni, 15 août 1944
Hauptmann Bruno Stolle, novembre 1944
Hauptmann Rüdiger Kirchmayr, 25 novembre 1944
Hauptmann Karl Leonhard, avril 1945

II./JG 11

II./JG 11 a d'abord été formé du I / JG 1. La liste de ses dirigeants est la suivante:

Hauptmann Günther Beise, 1er avril 1943
Major Adolf Dickfeld, 17 avril 1943
Hauptmann Günther Specht, mai 1943
Major Günther Rall, 19 avril 1944
Hauptmann Walter Krupinski, mai 1944
Hauptmann Karl Leonhard, 13 août 1944

III./JG 11

Hauptmann Ernst-Günther Heinze, avril 1943
Major Anton Hackl, 1er octobre 1943
Hauptmann Horst-Günther von Fassong, mai 1944
Oberleutnant Paul-Heinrich Dähne, 2 janvier 1945
Hauptmann Herbert Kutscha, 23 février 1945

Staffelkapitän

Les escadrons suivants méritent une mention spéciale en raison de leur nature particulière. Leurs chefs, bien que seulement Staffelkapitän sont encore mentionnés ici.

10./JG 11

Oberleutnant Heinz Sahnwaldt, juillet 1943
Oberleutnant Günther Witt, 1er août 1943
Hauptmann Siegfried Simsch, novembre 1943
Oberleutnant Heinz Grosser, 1er janvier 1944
Hauptmann Erich Viebahn, mai 1944

11./JG 11

C'était auparavant connu comme Jasta Heligoland. Il a été re-désigné 11./JG 11. Son chef est nommé ci-dessous.

Oberleutnant Herbert Christmann, décembre 1943

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Oberst
Oberst


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum