Map Italia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Map Italia

Message  Flagada le Dim 19 Mar - 7:11

Map Italia


Mussolini déclare la guerre à l'Angleterre et à la France le 10 juin 1940 à la veille de l'entrée des Allemands dans Paris. Lors de la signature du Pacte d'Acier en 1939 avec l'Allemagne, l'Italie avait estimé de ne pas pouvoir participer à une guerre de vaste ampleur avant l'année 1943, à cause de l'usure et de la vétusté de son armement. Les victoires éclaires des Allemands poussèrent Mussolini à entrer en guerre dès 1940, pensant que l'issue en était proche. Les capacités industrielles de l'Italie à cette époque étaient très limitées et, contrairement à la Première Guerre mondiale où elle combattait sur un seul front, l'armée italienne était forcée de s'engager sur quatre fronts différents : en Libye, en Afrique orientale, dans les Balkans et en Russie. Les Italiens subissent plusieurs graves défaites et sont de plus en plus dépendants de leurs alliés allemands. Après la défaite de El Alamein et le débarquement anglo-américain au Maghreb (novembre 1942), Italiens et Allemands abandonnent l'Afrique (mai 1943). De plus, les armées du IIIe Reich ayant subi une grave défaite à Stalingrad en janvier 1943, l'armée italienne de Russie se désagrège dans une déroute catastrophique. Le 10 juillet 1943, les Alliés débarquent en Sicile puis pénètrent dans le sud de l'Italie ; Mussolini est renversé puis emprisonné, sur ordre du roi. Le dictateur est délivré par un commando allemand (12 septembre). Alors que ceux-ci se transforment d'alliés en occupants, le Duce installe sous l'ordre de Hitler une République sociale italienne (appelée aussi République de Salò) dans le nord du pays. Le maréchal Pietro Badoglio signe la capitulation le (8 septembre 1943), l'Italie du sud poursuit la guerre du côté des Alliés, au même temps s'engage une guerre civile avec l'Italie du nord (fasciste) de Mussolini soutenue par les Allemands. L'Italie devient alors un vaste champ de bataille où s'affrontent plusieurs armées étrangères. Le 28 avril 1945, tentant de fuir vers la Suisse, Mussolini est exécuté (puis pendu) par des partisans communistes.



Villes de la map Italia


Alba


Alba a remporté une médaille d'or de la vaillance militaire, pour l'activité héroïque de ses citoyens dans le mouvement de résistance italien au cours de la Seconde Guerre mondiale. En octobre 1944, la ville fut libérée par les partisans qui ont établi la République d'Alba, l'une des « républiques partisanes » qui se sont constituées lors de la libération de l'Italie, qui, pour quelques semaines, a pu maintenir son indépendance de la République fasciste de Salò.

Anzio


On connaît aussi Anzio comme le site d'un débarquement de forces Alliées (Opération Shingle) et la bataille de quatre mois qui a suivi (Campagne d'Anzio) pendant la seconde guerre mondiale.

Battipaglia


Pendant la seconde guerre mondiale, ciblée en 1943, la ville a été bombardée plusieurs fois par les aviateurs Américains.

Bologna


La ville de Bologne a été bombardée à plusieurs reprises pendant la Seconde Guerre mondiale. L'importance de la ville comme centre urbain qui relie le nord au centre de l'Italie, ainsi que son importance stratégique en tant que plaque tournante ferroviaire, en fait l'une des principales cibles des forces alliées. Le 16 juillet 1943, une série de bombardements eut des conséquences dévastatrices pour une grande partie de la ville et de la population. Elle détruisit plusieurs quartiers historiques de la ville et la gare principale. En tout, 44 % de l'infrastructure de la ville fut détruite ou gravement endommagée. Le 25 septembre 1943, Bologne fut une nouvelle fois la cible de bombardements ayant pour conséquence 936 personnes tuées et des milliers de blessés. Dans la matinée du 21 avril 1945, quand Bologne avait déjà été abandonnée par les Allemands, le premier corps armé à entrer dans la ville fut le 87e régiment d'infanterie du Groupe de combat « Frioul », dirigé par le général Arturo Scattini. Les combats pour chasser les Allemands de Bologne ont été principalement conduits par des soldats du 2e Corps polonais les jours précédents.

Bolzano


Pendant la seconde guerre mondiale, Bolzano était le site du camp Allemand de Bolzano, un camp de concentration pour les juifs persécutés et les prisonniers politiques. Lorsque l'Italie se rendit en septembre 1943, l'ensemble du Tyrol du Sud ainsi que Belluno furent administrés de facto par les Allemands comme zone opérationnelle des contreforts Alpins. Après 1943, de lourds combats contre l'Allemagne et les puissances de l'Axe ont eu lieu dans les Dolomites.

Cassino


Au cours de la seconde guerre mondiale, après l'invasion de l'Italie méridionale par les Alliés, les Allemands s'enracinèrent autour de la ligne Allemande Gustav, qui, à son extrémité sud, était ancré autour des montagnes derrière Cassino. La ville était donc le lieu de combats acharnés dans les soi-disant batailles de Monte Cassino. Le 15 février 1944, l'abbaye fut détruite par un lourd bombardement aérien. Les Alliés, croyant que l'abbaye était une position stratégique occupée par les Allemands, l'ont bombardée, tuant beaucoup de personnes qui se sont réfugiées. Les œuvres d'art contenues dans l'abbaye ont été transférées à Rome par les Allemands avant le bombardement, mais beaucoup ont disparu sur le chemin. Le 15 mars, la ville a été complètement rasée par un bombardement aérien et par l'artillerie, suivie d'une attaque Alliée infructueuse.

Foggia


Pendant la seconde guerre mondiale Foggia a subi de plusieurs bombardements qui firent environ 20 000 morts.


Follonica


Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la ville fut lourdement bombardée par les Alliés et resta sous contrôle allemand jusqu'au 24 juin 1944.

Genova


Sous le fascisme, la Grande Gênes est constituée. Au cours de la seconde guerre mondiale, la flotte Britannique bombarde Gênes et un obus tombe dans la cathédrale de San Lorenzo sans exploser. Il est maintenant visible pour le public dans le collatéral droit de la cathédrale. La ville fut libérée par les partisans, quelques jours avant l'arrivée des Alliés.


Napoli


Du 27 au 30 septembre 1943, lors des Quatre journées de Naples, la population locale se soulève et s'attaque aux forces Allemandes qui occupent de la ville. L'armée Allemande est mise en déroute avant l'arrivée des Alliés. Ces actions valent à la ville la Médaille d’or de la valeur militaire.


Piazenca


Au cours de la seconde guerre mondiale, la ville fut lourdement frappée par les bombardements qui détruisirent le pont ferroviaire, la gare, l'hôpital et l'usine d'armement, tandis qu'en dehors de la ville, divers groupes de résistants prirent part aux combats contre l'armée Allemande.

Potenza


La ville fut bombardée en 1943.

Salerno


En septembre 1943, pendant la seconde guerre mondiale, Salerne fut la scène de l'Opération Avalanche, l'invasion de l'Italie lancée par les Alliés de la seconde guerre mondiale, et subi de nombreux dégâts. Du 11/12 février au 15/17 juillet 1944, il a accueilli le gouvernement du maréchal Pietro Badoglio. Dans ces mois Salerne était la capitale temporaire du Royaume d'Italie, et le roi Vittore Emanuele III vivait dans un manoir dans sa banlieue.

Torino


Turin est la cible de bombardements stratégiques des Alliés pendant la seconde guerre mondiale et est lourdement endommagé par les raids aériens. La ville est une cible en raison de sa production industrielle, dont Fiat, qui produit des avions, des chars et des automobiles pour l'effort de guerre de l'Axe. Turin n'est conquise par les Alliés qu'au cours de l'offensive du printemps de 1945, et, après une insurrection générale, elle est libérée par les partisans Italiens le 25 avril 1945.

Trieste


Lorsque le 1er octobre 1943 l'Italie quitte l'Axe, la ville est occupée par les Allemands, qui en font la capitale d'une nouvelle province administrée directement par eux et nommée Adriatische Küstenland (« côte adriatique »). Ils y ouvrent le tristement célèbre camp (surtout de transit mais plus tard aussi d'extermination) de la Risiera di San Sabba où furent emprisonnées, avant d'être transférées, de 12 000 à 15 000 personnes: des Juifs, des Slaves et des résistants italiens. Le 1er mai 1945, les partisans communistes de Tito (IVe armée yougoslave) entrent à Trieste aux cris de Trst je naš (« Trieste est à nous »). Le lendemain, 2 mai, la 2e division néo-zélandaise du général Bernard Freyberg entre également en ville. Les communistes yougoslaves y restent néanmoins pendant 40 jours et, sous l'œil désapprobateur mais expectatif des Alliés, assassinent beaucoup d'Italiens (fascistes mais aussi résistants et même antifascistes), utilisant les « foibe » et même le camp nazi de la Risiera.

Sicile


Il ya eu une invasion alliée de la Sicile pendant la seconde guerre mondiale à partir du 10 Juillet 1943. En préparation pour l'invasion, les Alliés ont revitalisé la Mafia pour les aider. L'invasion de la Sicile a contribué à la crise du 25 juillet. En général, les vainqueurs Alliés ont été chaleureusement embrassés par la Sicile.

Villes de la Sicile


Catania


Pendant la seconde guerre mondiale Catania a été bombardée à plusieurs reprises par les Alliés, à partir du 5 Juin 1940, et environ 100000 de ses habitants ont été déplacés vers les villages voisins. Il a été évacué par les Allemands le 5 août 1943 et libéré par la 8ème armée Britannique.

Messina


Elle a subi d'autres dommages des bombardements aériens alliés massifs de 1943. La ville a été décernée une médaille d'or pour la valeur militaire et une pour la valeur civile en mémoire de l'événement et de l'effort subséquent de reconstruction.

Palermo


Palerme survit pendant la période fasciste sans subir de dégâts mais l'invasion des Alliés en juillet 1943 s'accompagne de bombardements massifs qui détruisent complètement le port et ses quartiers environnants.

Siracusa


Par sa position géographique, sur la route entre l’Italie et l’Afrique, Syracuse joua un rôle important pour le régime fasciste. Benito Mussolini y viendra en visite deux fois et le roi Victor-Emmanuel III s'y rendra jusqu’en 1942. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la ville sera occupée par les Alliés le 9 juillet 1943 ; dans un premier temps, l’AMGOT, le gouvernement d'occupation allié, s’installera à Syracuse avant d'être déplacé à Palerme après la libération de la ville. Le 3 septembre 1943, l’Armistice entre l’Italie et les Alliés (États-Unis, Royaume-Uni et France) fut signé à Cassibile, un village à proximité de Syracuse. Durant la seconde Guerre mondiale, Syracuse est une ville de grande importance pour le débarquement des Alliés, l'opération Husky et l'opération Ladbroke.

Trapani


La ville a été gravement endommagée pendant la seconde guerre mondiale, quand elle a été soumise à des bombardements Alliés intenses.

Sardaigne


Pendant la seconde guerre mondiale, la Sardaigne était une base aérienne et navale importante et a été fortement bombardée par les Alliés, en particulier la ville de Cagliari. Les troupes Allemandes ont quitté l'île le 8 septembre 1943, quelques jours après l'armistice de Cassibile, et se sont retirées en Corse sans combat et effusion de sang, après un accord bilatéral entre le général Antonio Basso (commandant des forces armées de Sardaigne) et l'Allemand Karl Hans Lungerhausen, général de la 90ème Division de Panzergrenadier.



Villes de la Sardaigne


Alghero


La région fut bombardée pendant la seconde guerre mondiale et occupée par les troupes Allemandes. Les Algheresi réussirent à se révolter, surtout parce que la ville elle-même ne fut pas trop endommagée par les bombes. Les habitants qui perdirent leurs maisons furent logés dans le collège des Jésuites et l'église San Michele, ces lieux gardent encore des traces de leur passage.

Cagliari


Au cours de la seconde guerre mondiale Cagliari a été fortement bombardée par les Alliés en février 1943. Il y a eu un réel bombardement stratégique, un plan pour détruire la puissante capacité militaire de l'Axe mais aussi pour terroriser la population et saboter l'effort de l'économie de guerre. Ainsi, la guerre fasciste a causé la destruction totale ou a gravement endommagé 80 % des foyers de la ville et a fait près de 2000 victimes civiles, principalement en raison des bombes à fragmentation. La ville était coventrisée  comme on disait à l'époque. Afin d'échapper aux bombardements et à la misère de la ville détruite, presque tous les habitants avaient quitté Cagliari et avaient eté déplacés dans les villages ruraux et vivaient souvent avec des amis et des parents dans des maisons surpeuplées. Cette fuite obligée de la ville est connue comme sfollamento (déplacement).
Après l'armistice de l'Italie avec les Alliés en septembre 1943, la Wehrmacht a pris le contrôle de Cagliari et de l'île, mais elle s'est ensuite retirée pacifiquement afin de renforcer ses positions dans l'Italie continentale. L'armée Américaine a ensuite pris le contrôle de Cagliari. Cagliari avait une importance stratégique pendant la guerre en raison de son emplacement dans la mer Méditerranée. De nombreux aéroports étaient près de Cagliari (Elmas, Monserrato, Decimomannu, qui est actuellement une base aérienne de l'OTAN) à partir de laquelle les avions pouvaient voler vers l'Afrique du Nord ou vers l'Italie continentale et la Sicile.


Dernière édition par Flagada le Jeu 23 Mar - 6:12, édité 10 fois

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 536
Age : 36
Localisation : Fleury sur Orne
Date d'inscription : 27/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Operation Strangle

Message  Flagada le Dim 19 Mar - 15:03

Operation Strangle


L'Opération Strangle a été une série d'opérations d'interdiction aérienne pendant la campagne Italienne de la seconde guerre mondiale par les quinzième et douzième Forces Aériennes des États-Unis d'interdire les routes d'approvisionnement Allemand en Italie au Nord de Rome à partir du 24 Mars 1943, jusqu'à la chute de Rome au printemps 1944 dont l'objectif était d'empêcher les approvisionnements essentiels d'atteindre les forces Allemandes dans le centre de l'Italie et de contraindre un retrait Allemand. L'objectif stratégique de l'assaut aérien était d'éliminer ou de réduire considérablement la nécessité d'une agression terrestre sur la région. Bien que l'objectif initial de forcer l'ennemi à se retirer n'ait pas été atteint, l'interdiction aérienne de l'Opération Strangle a joué un rôle majeur dans le succès de l'Opération Diadème.

Deux lignes d'interdiction principales ont été maintenues à travers la botte étroite de l'Italie. Cela signifiait qu'aucun train traversant ne pouvait courir de la vallée du Pô à la ligne de front et que, au sud de Florence, toutes les fournitures devaient être transportées par camion. L'opération employait des bombardiers moyens et des chasseurs-bombardiers sur une zone de 300 kilomètres carrés (390 km2) de Rome à Pise et de Pescara à Rimini.



Bombardement aérien des chantiers navals Allemands à Sienne pendant l'opération Strangle. Sur la ligne alternative de Pise et de Florence vers le sud à Rome, les chantiers de Sienne ont été bombardés par les bombardiers de la Force Aérienne Alliée Méditerranéenne.

Phase diadème


L'opération Strangle a atteint la supériorité aérienne avant le début de la phase Diadème. Pendant la phase Diadème, les commandants ont continué à interdire les lignes d'approvisionnement, mais ont également mené un appui aérien rapproché pour maintenir la supériorité aérienne. Certains changements dans la sélection des cibles ont eu des effets considérables sur la doctrine militaire ultérieure: un changement partiel des cibles ferroviaires vers les cibles routières, conjugué à une concentration sur la région la plus proche des lignes ennemies, visait à paralyser l'ennemi en refusant un transport fiable et en réduisant l'accès à des approvisionnements locaux.

Ces efforts ont entravé, mais n'ont pas épuisé de façon critique l'accès de l'Allemagne au carburant et aux munitions. Les Allemands utilisaient des itinéraires alternatifs et réparaient rapidement les points endommagés, surtout la nuit et par mauvais temps, lorsque les Américains ne pouvaient pas bombarder. Les besoins Allemands en matière d'approvisionnement ont été faibles au cours de l'opération Strangle, de sorte qu'ils ont pu, à certains égards, maintenir et même augmenter les approvisionnements.

Le principal avantage pour les Alliés de l'opération Strangle était inattendu: il a réduit la mobilité des troupes Allemandes. Les Allemands n'avaient aucune force de réserve derrière les lignes de front et comptait sur la mobilité tactique, de sorte que l'incapacité de transférer rapidement des forces vers des points faiblement tenus a paralysé leur état de préparation. Trois semaines après le début de la campagne terrestre, les Allemands étaient en pleine retraite.

Analyse


Selon une étude de cas réalisée en 1972 par la Rand Corporation sur la mission, l'opération Strangle a marqué une étape importante dans le développement de la doctrine de l'interdiction militaire des États-Unis. La conclusion du rapport était que l'objectif primordial de refus de la fourniture était inaccessible. L'interdiction était une stratégie militaire relativement nouvelle à l'époque, et les commandants Américains manquaient d'une compréhension adéquate des méthodes d'approvisionnement Allemandes. Bien que le refus des approvisionnements n'ait pas été la seule mission de l'opération, il est resté l'objectif principal, même après qu'il a clairement échoué. L'effet sur le mouvement des troupes était incident. Selon le rapport Rand:

L'interdiction était une mission relativement nouvelle et il y avait beaucoup d'improvisation pendant que la campagne allait. Heureusement pour son succès, les commandants aériens tactiques et leurs pilotes semblent avoir improvisé dans la bonne direction.
.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 536
Age : 36
Localisation : Fleury sur Orne
Date d'inscription : 27/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum