Nord de l'Espagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nord de l'Espagne

Message  Flagada le Mar 21 Mar - 16:57

Nord de l'Espagne




Burgos


Au moment de la Guerre d'Espagne (1936-1939), Burgos devint le siège du gouvernement nationaliste du général Franco et le demeura jusqu'à la prise de Madrid en mars 1939. Les accords Bérard-Jordana, reconnaissant la légitimité de Franco sur l'Espagne en échange de la neutralité espagnole dans l'imminent conflit entre la France et l'Allemagne, furent signés à Burgos le 25 février 1939.


Guernica


Au plus vif de la guerre d'Espagne, le 26 avril 1937, jour de marché, quatre escadrilles de la légion Condor de l'aviation allemande, venues soutenir le général Franco, protégées par des avions de chasse italiens, procèdent au bombardement de la ville de Guernica. L'attaque commence à 16 h 30, aux bombes explosives puis à la mitrailleuse pendant plus de trois heures et, enfin, aux bombes incendiaires. Après avoir lâché quelque cinquante tonnes de bombes incendiaires, les derniers avions quittent le ciel de Guernica vers 19 h 45. Après le bombardement, un cinquième de la ville était en flammes, et l'aide des pompiers de Bilbao se révélant inefficace, le feu se propagea aux deux tiers des habitations.

Victimes


Selon le journaliste britannique C. L. Steer, correspondant du Times en Espagne au moment du bombardement, 800 à 3 000 des 7 000 habitants de Guernica périrent4. Le chiffre donné par le gouvernement basque fait état de 1 654 morts et de plus de 800 blessés5. D'autres sources de l'époque (comme L'humanité) et des ouvrages historiques ultérieurs ont également parlé de plusieurs milliers de morts. Les travaux de certains historiens, dont le général franquiste Jesús Salas Larrazábal et Pío Moa, ainsi qu'une majorité des recherches historiques récentes selon la BBC6, récusent cependant ce chiffre et le minimisent de 1007 à 300 victimes8. Selon eux, les chiffres de Steer, qui n'a pas assisté au bombardement, seraient exagérés en raison de l'anti-nazisme du Times, qui voulait contrecarrer la propagande pacifiste du Labour Party, et convaincre l'opinion publique du danger constitué par l'Allemagne nazie ; ils estiment que les républicains et les indépendantistes basques n'auraient pas apporté de démenti à ce chiffre parce que ce scandale international leur était favorable.

Responsabilités


Selon certaines sources, le massacre a été effectué à l'instigation de l'état-major nationaliste et, en particulier, du général Franco9. En se basant sur le journal personnel du général allemand von Richthofen, les articles de presse publiés à Bilbao et les témoignages disponibles. Le journaliste écrivain polémiste Pío Moa affirme cependant que ce bombardement aurait été décidé par ce dernier, chef allemand de la Légion Condor, contre les ordres du général Mola.

Premier raid aérien sur des civils


Ce bombardement a été considéré comme le tout premier raid de l'histoire de l'aviation militaire moderne sur une population civile sans défense. La même légion Condor avait cependant déjà bombardé des dizaines de milliers de civils fuyant l'avancée nationaliste sur la route de Málaga à Almería, pendant les deux premières semaines de février 193710 Quelques jours avant Guernica, la ville voisine de Durango avait également été bombardée par l'aviation italienne, causant plusieurs centaines de morts.

Médiatisation


Pablo Picasso a peint l'horreur de cet événement dans le tableau Guernica. Cette commande du gouvernement républicain espagnol pour son pavillon de l'Exposition universelle de 1937 à Paris est devenue une des œuvres les plus célèbres de Picasso.
Josep Grau-Garriga a tissé une tapisserie-sculpture (ou tapisserie-tridimensionnelle) s'intitulant le Tronc de Guernica symbolisant le dégoût de l'artiste pour la Guerre.
Un documentaire de Begonia Plaza par les survivants11 .
Le poème La Victoire de Guernica de Paul Éluard (recueil Cours Naturel, 1938).
Le chanteur Renaud fait référence à Guernica dans sa chanson Toujours debout en 2016 (« Tous ceux qui tombent autour de moi, c'est l’hécatombe, c'est Guernica… »), au tout début de la chanson.
Un roman est notamment consacré à ce bombardement, il s'agit de L'enfant de Guernica écrit par Guy Jimenes en 2013.

Oviedo


La ville fut réoccupée le 12 octobre par les troupes du général Ochoa. Malgré les promesses faites aux insurgés lors de leur reddition, la répression de l'insurrection, confiée au général Francisco Franco, fut particulièrement brutale et sanglante. En 1936, pendant la rébellion de l'armée qui entraîna la guerre d'Espagne, la ville, bien qu'encerclée par les troupes loyalistes, rejoignit le mouvement franquiste, alors sous le commandement du colonel Aranda, jusqu'à son occupation en octobre 1937 par les troupes nationalistes. La ville fut pratiquement réduite en cendres.

Pamplona


Aux élections de février 1936, Pampelune avait vu le "bloc de droite" remporter les élections localement avec près de 5 fois plus de votes que le "front populaire". Cela permit au général rebelle Mola de réaliser sans difficulté la prise du pouvoir de la ville. La seule opposition sérieuse fut celle du commandant de la "guardia civile", fidèle à la République. Celui-ci fut assassiné par un de ses hommes.Les rebelles tuèrent 303 habitants de Pampelune dont les élus de gauche de la municipalité.
La citadelle fut le lieu d’exécution pendant toute la durée de la guerre civile.

Santander


Au cours de la guerre civile espagnole, la ville est l'enjeu de la bataille de Santander et est finalement prise par les nationalistes espagnols et le Corpo Truppe Volontarie le 28 août 1937.
Après les épreuves de la Guerre civile, Santander doit faire face à un autre désastre : l'incendie de 1941. Celui-ci (connu comme « l'andalous » car il débuta rue de Cadix et s'acheva rue de Séville) débute le 15 février au moment d'un ouragan de vent de sud, et détruit ensuite la plus grande partie de la zone ancienne de la capitale. 1783 logements brûlèrent et 37 rues disparurent, ainsi que 508 commerces, hôtels, pensions et bars. La reconstruction qui s'ensuivit se fit selon les directives de l'architecture d'après-guerre, combinant l'héritage rationaliste au discours traditionaliste de l'architecture officielle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Oberst
Oberst


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum