Map Golfe de Finlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Map Golfe de Finlande

Message  Flagada le Dim 19 Mar - 8:12

Golfe de Finlande




FINLANDE


Helsinki


Durant la guerre d'hiver puis durant la guerre de continuation, la ville subit plusieurs bombardements de la part de l'aviation Soviétique mais la défense antiaérienne se révèle efficace et les dégâts relativement limité.


RUSSIE


Villes Russes


Kolpino


Avec le début de la grande guerre patriotique, des ouvriers d'usine de Kolpino ont formé le bataillon d'Izhora, une partie de la milice, du 24 août au 4 septembre 1941. La ligne de front a été tenue dans le voisinage immédiatement. En 1944, seulement 327 des 2183 maisons de Kolpino restaient intactes. 140939 obus et 436 bombes aériennes sont tombés dans les quartiers et les boulevards de Kolpino. Selon des données incomplètes de la guerre, les bombardements et la famine dans le district de Kolpino ont tué 4600 personnes, sans compter les morts sur le front. Le 1er janvier 1944, Kolpino n'avait que 2196 habitants. Après la levée du siège, les gens sont revenus peu à peu de l'évacuation et de l'armée. Le 1 janvier 1945 la population était de 7404, le début de l'année suivante : 8914 personnes. Lors de la construction d'un nouveau bâtiment résidentiel, une fosse commune a été découverte à Kolpino. 888 soldats et officiers de l'Armée rouge ont été enterrés dans la fosse commune dans ce cimetière. Ils tombèrent en septembre 1941.

Krasnogvardeisk (Gatchina)


Durant la seconde guerre mondiale, Gatchina fut occupée par l'Allemagne à partir de l'été 1941. Son retrait en 1944 laissa le château dévasté. Sa restauration après guerre dura près de soixante ans.

Kronstadt


À la fin des années 1930, Kronstadt a vécu la vie de la ville fortifiée et a été la base de la flotte de la Baltique. Pendant ce temps Kronstadt était un centre de formation important de la marine Soviétique. L'usine de réparation navale de Kronstadt (usine navale) a révisé et réparé les navires de surface et les sous-marins de la flotte de la Baltique. Tous les forts et batteries de la ville étaient en reconstruction.

À 23h37 le 21 juin 1941, le commandant de flotte de la Baltique Vice-amiral V. Tributs a annoncé la disponibilité opérationnelle de la Flotte numéro 1 selon l'ordre du Commissaire du peuple de la Marine. Quelques heures plus tard, le premier appareil allemand a commencé à exploiter le fairway près de Kronstadt. L'officier de service (premier lieutenant S. Kushnerev) a ordonné aux batteries antiaériennes d'ouvrir le feu sur les avions ennemis; Plusieurs avions ont été abattus ou endommagés. Vingt-sept avions allemands ont pris part à la première attaque et trois d'entre eux ont été détruits par les canons antiaériens du 1er Régiment de défense aérienne de la flotte de la Baltique. Ce régiment était situé sur les forts méridionaux.

Pendant la seconde guerre mondiale, Kronstadt a été bombardé plusieurs fois par la Luftwaffe. En août 1941, la Luftwaffe commença à bombarder régulièrement Kronstadt. Le bombardement le plus remarquable a été par des Stuka de l'as Hans-Ulrich Rudel qui a attaqué le cuirassé soviétique Marat.

Pour empêcher un atterrissage ennemi, 13 batteries d'artillerie ont été établies à Kronstadt et neuf batteries supplémentaires au-delà de la ville, (mais sur l'île Kotlin). Le belvédère principal était situé dans la cathédrale navale. La portée visuelle a atteint 45 km. La défense côtière de Kronstadt comprenait deux régiments d'infanterie.

Fin août, l'Armée rouge dans les Etats baltes était dans une situation critique. Tallinn, la base principale de la flotte, était en danger et un décret pour déplacer la flotte de Tallinn à Kronstadt a été donné. Au moment où les Soviétiques avaient décidé d'une évacuation maritime de Tallinn, plus de 200 bâtiments civils et militaires soviétiques avaient été rassemblés dans le port de Tallinn.

Après l'évacuation de Tallinn, la subdivision sous-marine avait été organisée à Kronstadt. À la fin de 1941, 82 opérations navales ont été effectuées. Hitler était en colère, parce que les sous-marins soviétiques ont souvent perturbé les fournitures militaires de matériaux stratégiques de la Suède à l'Allemagne. Les Allemands ont tenté de bloquer complètement la sortie du golfe de Finlande avec des filets antisubmarins et des mines. Malgré ces efforts, les sous-mariniers soviétiques continuèrent à attaquer les navires allemands. En 1942, 29 navires allemands ont été coulés. Des sous-marins ont coopéré avec des avions de reconnaissance pour rechercher des cibles militaires.

Mais les sous-marins soviétiques avaient franchi facilement les barrages de la mine dans le golfe de Finlande en 1942. Pour empêcher les forces sous-marines soviétiques de s'éloigner de la mer Baltique, des efforts plus importants étaient prévus. Les champs de mines seraient plus grands et, de plus, un double filet sous-marin serait posé de Porkkala à Naissaari, Opération "Walross". Le blocage du golfe de Finlande a été une opération anti-sous-marine efficace à 100%. Mais en 1944, lorsque la Finlande a été défait et fourni plusieurs bases à la marine soviétique, la guerre sous-marine dans la mer Baltique a atteint une étape nouvelle et finale.

La flotte de la Baltique a envoyé plus de 125 000 personnes pour servir à terre au front. Quatre-vingt-trois mille personnes se sont battus directement sur le front de Leningrad. Pour la protection de Leningrad 10 brigades de marines, quatre régiments, et plus de 40 bataillons et compagnies séparés ont été formés à Kronstadt.

La Luftwaffe et l'artillerie allemande ont fait descendre des milliers de bombes et d'obus à l'usine navale et à l'usine d'Arsenal. Les raids aériens allemands en Septembre 1941, endommagé les navires de la flotte de la Baltique et l'infrastructure de l'usine. Plusieurs sections de l'usine ont été détruites, les quais ont été doublés de bombes tombantes et des dizaines d'ouvriers et d'ingénieurs ont été tués. Néanmoins, l'usine a continué son travail. Dans les conditions difficiles du siège, les ouvriers persévéraient dans leur travail. Souvent, la journée de travail a duré de 18 à 20 heures.


Leningrad


Au cours de la seconde guerre mondiale, la prise de Léningrad fait partie des objectifs stratégiques assignés par Hitler aux armées allemandes. L'avance des troupes en territoire russe leur permet d'encercler presque complètement Léningrad à compter du 8 septembre 1941 avec l'aide des troupes finlandaises, qui sont revenues sur leur ancienne frontière en Carélie. Les Allemands renoncent à prendre d'assaut la ville, bien défendue par des lignes de tranchées et des obstacles anti-chars préparés dès juin 1941 et par des troupes placées sous le commandement de Joukov. Les Allemands décident de mettre le siège en coupant toutes les lignes d'approvisionnement en vivres et munitions en espérant ainsi affamer les trois millions d'habitants et les défenseurs. Le siège dure 900 jours mais la ville résiste jusqu'à son dégagement par les troupes russes en 1944. Les pertes sont colossales : 500 000 victimes militaires, mais surtout 1,2 million de civils, morts de faim pour la plupart. Durant le siège, 150 000 obus d'artillerie et 100 000 bombes aériennes tombent sur la ville. Les objectifs visés sont les grandes entreprises mais également les principaux monuments de la ville, les écoles, les dépôts de tramway ainsi que les quartiers résidentiels pour tenter de démoraliser la population. L'unique lien avec l'extérieur est assuré par la voie aérienne (mais les Allemands ont la maîtrise des airs) et par le sud du lac Ladoga dont les Soviétiques conservent la maîtrise. Sur ce dernier, durant l'hiver 1941, une route est tracée (en russe : Дорога жизни la route de la vie) et une voie de chemin de fer est posée mais une partie du parcours est sous le feu de l'artillerie allemande : sur trois camions tentant de forcer le blocus, un seul parvient en moyenne à Léningrad. Plus d'un million de personnes sont évacuées par ce chemin, pour la plupart des enfants. La première année, la famine est terrible et fait près de 500 000 victimes. Les autorités de la ville sont mal préparées au siège et l'évacuation comme le ravitaillement sont désorganisés. Les attaques aériennes anéantissent une partie du stock de nourriture. Dès octobre 1941, les rations tombent à 400 grammes de pain par travailleur, 200 grammes pour les enfants et les femmes. Cette ration est à nouveau réduite en novembre respectivement à 200 grammes et 125 grammes. L'hiver est particulièrement froid avec des températures de −40 °C et les habitants manquent de combustible pour se chauffer. En janvier 1942, la famine est à son comble. Les gens tombent et meurent dans la rue sans que personne n'intervienne. Les morts ne sont plus enterrés. Le nombre de victimes civiles culmine en janvier 1942 avec près de 100 000 décès. Le blocus est total jusqu'à ce que l'Opération Iskra desserre l'étau en janvier 1943 : les troupes soviétiques de Léningrad et celles du front de Volkhov réussissent après des combats acharnés à ouvrir un corridor au sud du lac Ladoga par lequel peut passer le ravitaillement à partir du 18 janvier 1943. En janvier 1944, une offensive soviétique sur le front sud permet de lever le blocus : une route terrestre est enfin ouverte. Durant l'été 1944, les troupes finlandaises sont à leur tour repoussées.


Primorsk


La ville Finlandaise appelée Koivisto fut cédée à l'Union Soviétique en 1940 et renommée Primorsk.

Pushkin


Après le début de la seconde guerre mondiale, le 17 septembre 1941, la ville fut occupée par les troupes Allemandes. Plusieurs bâtiments du complexe du palais ont été détruits ou endommagés et beaucoup d'oeuvres d'art ont été enlevées, y compris la décoration intérieure entière de la pièce d'ambre. La ville a été libérée le 24 janvier 1944 à la suite de l'offensive Krasnoye Selo-Ropsha.


Sestroretsk


La frontière avec la nouvelle Finlande se trouve à deux kilomètres au Nord de la ville entre 1918 et 1940. La ligne de front se trouve à côté en 1941. L'Armée rouge arrête ici les troupes Finlandaises alliées de l'Allemagne en septembre 1941. Des fortifications et des blockhaus sont construits par la Wehrmacht. Un cimetière militaire Allemand évoque le souvenir de ces années du siège de Léningrad. La contre-offensive des Soviétiques commence en juin 1944. Les alentours sont ravagés par la guerre.


Shlisselburg


Pendant la seconde guerre mondiale, la ville (mais pas la forteresse) a été saisie par les troupes Allemandes. L'occupation Allemande a duré du 8 septembre 1941 au 18 janvier 1943. La reprise de Shlisselburg en janvier 1943 par l'Armée rouge a rouvert l'accès à Leningrad assiégé. En 1944, le nom de la ville a été changé à Petrokrepost (lforteresse de Peter). Shlisselburg a retrouvé son ancien nom en 1992.

Tosno


Pendant la seconde guerre mondiale, elle est occupée par l'Allemagne du 29 août 1941 au 26 janvier 1944 et détruite. Elle est reconstruite après la guerre.

Viipuri


La guerre d'hiver

En 1939–1940, pendant la guerre d'hiver entre l'Union soviétique et la Finlande, plus de 70000 habitants sont évacués de Viipuri vers la Finlande occidentale. La guerre d'hiver se conclut sur le traité de Moscou, qui stipule que la Finlande doit céder à l'URSS Viipuri et l'isthme de Carélie après l'avoir vidé de ses habitants. Le 31 mars 1940, ces territoires sont intégrés dans la République socialiste soviétique carélo-finnoise. Comme la ville de Viipuri était encore gérée par les Finlandais, le reste de la population finlandaise soit 10000 habitants doit être évacué hâtivement avant la prise de contrôle par l'URSS. Ainsi pratiquement toute la population finlandaise de Viipuri a été évacuée et réinstallée dans d'autres lieux en Finlande. Vippuri est renommée Vyborg et devient le centre administratif du raïon de Vyborg.
Les réfugiés de la Carélie deviennent une force politique bruyante et leur désir de réintégrer leurs foyers est l'un des motifs qui poussera la Finlande à rejoindre la guerre de l'Allemagne nazie contre l'Union soviétique. En conséquence, la Finlande et l'Allemagne nazie se sont battus du même côté pendant la guerre de Continuation.

La guerre de continuation

Le 29 août 1941, Viipuri est repris par les troupes finlandaises et bientôt le gouvernement finlandais le réintègre officiellement avec les autres régions cédées lors du traité de Moscou. Au début, l'armée finlandaise ne permet pas aux civils de revenir à Viipuri, 3807 bâtiments sur 6287 ont été détruits. Les premiers civils reviennent à partir de septembre 1941 et à la fin de l'année Viipuri a une population de 9700 habitants et en 1942, elle est de 16 000 habitants.
Environ 70 % des personnes évacuées de la Carélie finlandaise y retournent pour reconstruire leurs habitations détruites.

La période Soviétique

Mais ils seront à nouveau évacués en 1944 après l'offensive de Carélie (en) de l'Armée rouge qui se déroule en même temps que la bataille de Normandie. À l'époque de l'offensive soviétique, Viipuri compte environ 28000 habitants. La ville est évacuée le 19 juin 1944 et la défense de Viipuri est assurée par la 20e brigade. Le 20 juin 1944, la ville passe sous le contrôle de l'armée rouge mais l'armée finlandaise stoppe l’offensive soviétique lors de la bataille de Tali-Ihantala, la plus grande bataille menée par l'un des pays nordiques, qui se déroule dans la municipalité rurale qui entoure Viipuri . La ville est très endommagée et de nombreux édifices historiques comme la cathédrale de Viipuri (fi) sont détruits. Le 19 septembre 1944, par l'armistice de Moscou la Finlande doit céder encore plus de terres que par les frontières fixées par le traité de paix de Moscou.

Vsevolojsk


Pendant la seconde guerre mondiale, la route qui relia Léningrad assiégée au reste de l'Union Soviétique, dite « Route de la vie », traversait Vsevolojsk.

ESTONIE


Villes Estoniennes


Rakvere


En 1941, elle fut occupée par l'Armée rouge, puis par l'Armée du Troisième Reich de 1941 à 1944. Elle entra alors dans la République socialiste Soviétique d'Estonie, jusqu'à l'indépendance de l'Estonie en 1991.Le théâtre de Rakvere a ouvert ses portes en 1940 et a survécu à la seconde guerre mondiale.Il existe un cimetière où sont enterrés 1456 soldats Allemands morts à l'hôpital militaire de Rakvere pendant les années 1941-1944.

Tallinn


Bien qu'intensivement bombardée par l'aviation Soviétique pendant les dernières phases de la seconde guerre mondiale, une grande partie de la vieille ville médiévale a encore beaucoup de charme. C'est presque un miracle : 50 % de l'espace habité a été détruit durant la guerre, mais seulement 11 % du centre historique. Néanmoins, la population de la ville a alors baissé à 127000 habitants.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
avatar
Flagada
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 535
Age : 35
Localisation : Fleury sur Orne
Date d'inscription : 27/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum